La légende du Val-dormant

Histoires de fantômes pocket langues pour tous En prévision du mois Halloween et pour débuter en douceur ce défi effroyable, je me suis plongée avec allégresse cette semaine dans Histoires de fantômes, une édition bilingue éditée chez Pocket dans la collection Langues pour tous. Ce recueil succulent est composé de trois nouvelles incontournables de la littérature anglo-saxonne. Toutes trois ont été écrites par des auteurs dont la réputation n’est aujourd’hui plus à prouver.

J’ai préféré les lire dans le désordre et ai commencé par la plus célèbre d’entre elles : La légende du Val-dormant (aussi connue sous le titre de La légende du cavalier sans tête).

Ichabod Crane, maître d’école dans le petite ville de Greensburgh est désespérément épris de Katrina Van Tessel, la fille ravissante de fermiers prospères. Au retour d’une fête organisée par les parents de la belle, l’amoureux transi rentre chez lui à la nuit tombée. Alors qu’il traverse le Val-dormant, un endroit réputé hanté, un mystérieux cavalier tout de noir vêtu surgit du brouillard. A la suite de cette rencontre pour le moins dérangeante, Ichabod disparaît sans laisser de traces…

Bien entendu, The Legend of Sleepy Hollow a tout de suite aiguisé ma curiosité car je connaissais déjà l’adaptation très libre mais pourtant orginale de Tim Burton qui est incontestablement l’un de mes films d’épouvante préféré. Cette nouvelle, dont se serait inspiré ce réalisateur excentrique, diffère grandement du film ce qui m’a de prime abord déstabilisée. Toutefois, cette lecture fut loin d’être décevante. Washington Irving écrit remarquablement bien. Certes, l’intrigue est quasi-inéxistante mais les descriptions pittoresques et en particulier le décor dans lequel est planté l’intrigue est extraordinaire et se prête à merveille aux histoires de fantômes. En effet, Greensburgh, un village de la fin du XVIIIème siècle peuplé d’anciens colons Hollandais tout comme le Val-dormant à l’appellation poétique, semblent eux-mêmes imprégnés de surnaturel. Une brume épaisse et persistante enveloppe depuis toujours ces lieux et ses habitants paraissent sous l’emprise d’un étrange sortilège qui les maintiendrait sans cesse dans une profonde léthargie. Ils seraient aussi sujets à d’inquiétantes hallucinations. Les légendes abondent également dans cette région qui fut jadis le théâtre d’atroces massacres. Un revenant de la guerre d’indépendance hanterait ainsi depuis toujours le vallon de Sleepy Hollow. Il s’agirait de l’esprit tourmenté d’un ancien soldat de la cavalerie de Hesse dont la tête aurait été fauchée par un boulet de canon au cours d’une bataille particulièrement sanglante.

sleepy hollow illustration

Friand d’histoires à dormir debout, notre héros Ichabod Crane qui collectionne les ouvrages de sorcellerie, n’hésite pas à se faire volontairement peur en dévorant des romans angoissants ou en flânant la nuit dans des endroits inquiétants à l’affût d’un phénomène surnaturel. Les bruits de la nuit attisent d’ailleurs son imagination vorace. Trop superstitieux, il sera comme dans toute histoire angoissante inéluctablement victime de sa propre naïveté.

Si cette nouvelle ne m’a pas fait frémir de peur, la plume de l’écrivain m’a en revanche séduite. Ma petite chienne douillettement blottie contre moi, je n’ai pas boudé mon plaisir et n’ai fait qu’une bouchée de ce recueil. Je vous parlerai d’ailleurs prochainement des deux autres nouvelles du livre. Celle de Bram Stocker, La maison du juge m’a, je dois l’admettre, terrifiée. En outre, si ce livre dévoile des anecdotes frissonnantes très croustillantes, ce recueil est avant tout un outil didactique efficace qui m’a permis d’étayer un peu plus mon vocabulaire littéraire en anglais. J’ai d’ailleurs relu certains passages plusieurs fois et en particulier certaines descriptions pour pouvoir bien assimiler la langue. J’ai ainsi d’abord pris connaissance du texte en langue originale puis me suis tournée vers le lexique proposé en bas de page, enfin, j’ai lu chaque traduction française dans son intégralité pour ne rien manquer des récits contés.

Bien que je possède encore de nombreux titres très tentants, j’ai une fois de plus succombé à la tentation diabolique de commander deux nouveaux ouvrages qui j’espère égayeront mes nuits d’insomnies : Le moine de Lewis et The Victorian Ghost story anthology.

Je guette le courrier en espérant pouvoir les lire dès ce mois-ci. En attendant je poursuis les lectures des Diaboliques et du Château d’Eppstein.

J’en profite pour vous informer la diffusion d’une nouvelle série fantastique « Sleepy hollow » qui débutera cette automne aux Etats-Unis. J’ai vraiment hâte de la visionner! Croisons les doigts, peut-être sera-t-elle aussi disponible sur les chaînes françaises dans les mois à venir… (vous remarquerez que le héros est à croquer hum hum…).

mois Halloween

Et pour vous prouver que certais fantômes peuvent parfois avoir de l’humour… Voici ma scène préférée extraite de Beetlejuice, une comédie fantastique et loufoque de Tim Burton à ses débuts.

Publicités
Cet article a été publié dans Littérature américaine. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

20 commentaires pour La légende du Val-dormant

  1. myloubook dit :

    J’avais adoré le film mais en effet il semblerait que la nouvelle soit assez différente… j’envisageais de la lire pour le challenge Halloween mais j’ai encore plusieurs lectures en cours, je ne suis pas certaine d’y arriver. Et je suis très très curieuse d’en savoir plus sur la nouvelle de Stoker…

  2. Mdebrigadoon cottage dit :

    « sleepy Hollow » m’avait terrifié ! Je n’ai pas pu aller au bout du film , j’ai trop d’imagination et du coup cela m’a perturbée . Pourtant j’aimerai assez jeter un oeil ( attentif) sur le recueil , si tu veux bien me le prêter ….. Le nouveau héros est vraiment grrrrrrrrrr…… La bande annonce est superbement bien montée , espérons qu’ils n’ont pas tout dit !

    • missycornish dit :

      En parlant de bande-annonce et de nouvelle série télévisée. Je viens de visionner le pilote de la série tant controversée American horror story.  » La série qui a fait trembler l’Amérique ». Le concept faire peur, un couple qui bat de l’aile décide de s’intaller en province dans une petite bourgade supposée paisible avec leur fille rebelle. La demeure qu’ils achètent a été bradée à la suite de la mort mystérieuse et particulièrement sordide du dernier couple qui l’avait rénovée.

      Je dois t’avouer que j’ai eu la chair de poule après avoir visionné le premier épisode. F.B.I donc. L’histoire est macabre, atmosphère anxiogène et tordue façon Shining. Bref, les réalisateurs y sont allés franco avec la maison hantée. On est à mi-chemin entre True Blood et les romans de Stephen King. C’est effrayant. Cette série cartonne en ce moment (déjà trois saisons au compteur et une nouvelle en préparation). Je pense que Dadi va adorer.

      Pour ma part, je suis curieuse et partagée entre l’envie de voir la suite pour savoir si cela va s’essoufler ou non et la trouille de suivre l’intrigue.

      A voir mais à prendre avec des pincettes je pense… C’est la première fois qu’une série comme celle-ci est diffusée (et inspirée de faits-divers étranges et de Stephen King).
      A voir sur youtube.

  3. So dit :

    Je note aussi ce livre, merci pour la découverte ^^ J’ai lu il y a bien longtemps la nouvelle d’Irving et j’avoue que je ne sais même plus ce que j’en avais pensé… Il faut que je la relise vite ! Et pour la série, j’ai hâte de voir ça ^^

  4. Mad Cat dit :

    Je suis une vraie fan du film, j’aimerais beaucoup lire l’histoire originale et je pense que ce livre va se trouver rapidement dans ma PAL !
    J’ai commencé la série (je viens d’écrire un billet dessus d’ailleurs), c’est pas trop mal mais difficile de ne pas faire la comparaison par rapport au film…

    • missycornish dit :

      J’ai vraiment très hâte de voir la série. Je vais lire ton billet. Génial. Je me doute bien qu’il ne sera sans-doute pas à la hauteur du film de Tim Burton mais je suis sûre que je passerais tout de même un bon moment de détente.

  5. maggie dit :

    Effectivement, la nouvelle de B. Stocker est assez effrayante ! En revanche, j’avais été moins sensible au cavalier sans tête…Je ne sais plus si j’en ai parlé sur mon blog de ce recueil mais j’en garde un bon souvenir ! Bonne lecture ( lewis est fascinant, bien que je me sois parfois perdue dans ses emboitements d’histoire !)

  6. Emma dit :

    Je ne suis pas une grande fan de ce type de littérature mais ton billet m’a intéressée.
    Pour octobre, il y a un challenge R.I.P. ici, http://www.stainlesssteeldroppings.com/r-eaders-i-mbibing-p-eril-vi C’est la 6ème édition

    • missycornish dit :

      Je ne participerai pas à ce défi, je le trouve trop glauque à mon goût. J’aime les romans gothiques, les romans noirs avec une ambiance mais pas les histoires gores. Très peu pour moi.

  7. alexmotamots dit :

    Et dire que je n’ai toujours pas vu le film…..

    • missycornish dit :

      Honte à toi Alex! C’est un très bon film, parfait pour sursauter! Même ambiance que the woman in black mais en plus sanguinolant.Disons qu’il y a quelques têtes qui volent. Lol

  8. Ondine dit :

    Merci pour « Histoires de fantômes » !
    J’aime bien « Sleepy Hollow » !
    Bisous !

  9. Syl. dit :

    Nous devons regarder « Sleepy Hollow » pour un billet commun. C’est à la fin du mois…
    Je note tes histoires de fantômes.

On papote?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s