En attendant Bojangles de Olivier Bourdeaut

OIPCamille et Georges forment avec leur jeune fils une famille excentrique et improbable. Chaque soir, ils dansent sur des rythmes endiablés mais leur chanson préférée reste encore la mélodie rythmée et entêtante d’En attendant Bojangles. Chez eux, il n’y a de place que pour la fantaisie et les rires. D’ailleurs, ce joyeux couple n’ouvre jamais son courrier… Jusqu’au jour où la mère dépasse les bornes, mettant en péril la bulle protectrice familiale qui s’effrite peu à peu face à sa folie destructrice… L’amour indéfectible que porte George pour sa femme peut-il surmonter cette terrible épreuve ?

J’ai découvert par hasard ce roman étrange et loufoque sur la folie amoureuse en visionnant la bande-annonce de l’adaptation du film avec Virginie Efira. L’histoire initiale me faisait grandement envie. Malheureusement, si la photographie était bel et bien sublime, l’adaptation tout comme le livre se sont révélés un brin trop déprimants à mon goût. J’ai pu toutefois admirer la performance remarquable et toute en nuance de Virgine Effira qui incarne à l’écran Camille (un rôle de composition qui semble taillé pour elle), cette femme ravissante et pétillante atteinte d’une forme de bipolarité incurable. Je suis d’ailleurs allée voir le film pour me faire une meilleure idée du livre qui m’avait laissé un sentiment amer et dérangeant. A mon grand regret, le film m’a moyennement plu. J’ai d’ailleurs quitté la salle avant le générique de fin.

Le dénouement est en effet d’une tristesse désespérante a contrario du ton léger que souhaite emprunter le réalisateur. Il ne semble y avoir aucune échappatoire pour Camille qui dérive peu à peu pour s’enfermer dans une folie de plus en plus dégradante pour son entourage. Ce roman complètement décousu est en somme déstabilisant.

Les-dix-films-a-ne-pas-manquer-en-janvier-2022

Il m’a en outre été difficile de rentrer véritablement dans l’histoire car certaines scènes extravagantes semblent presque artificielles et frôlent parfois trop le grotesque. Les délires des deux protagonistes m’ont laissée souvent de marbre tout comme leurs choix de vie particulièrement fantaisistes et irresponsables. Comment ne pas penser à ce pauvre petit garçon vulnérable, élevé entre un père fantasque et infantile et une mère capricieuse et instable psychologiquement ? Camille est tout bonnement folle à lier. Son déséquilibre mental rend tous ses actes imprévisibles et inquiétants, c’est pourquoi le livre m’a finalement mise profondément mal à l’aise. Je n’ai pas du tout trouvé cette histoire belle et émouvante, au contraire elle s’est révélée au fil des pages terrifiante. L’amour aveugle tout comme l’admiration sans bornes que porte le petit garçon au centre de cette tragi-comédie pour sa mère est à mon sens l’aspect le plus sombre de l’histoire. Le père est complice de cette folie. Il l’a portée à bout de bras. Pourquoi ne protège-t-il pas davantage son fils qui est toujours témoin de la décadence de sa mère? Ce point noir rend la lecture d’autant plus difficile. On attend de la part du père un sursaut de lucidité qui ne vient tristement jamais… Quel gâchis !

Pour conclure, En attendant Bojangles, un récit doux-amer alternant les mémoires d’un enfant et le journal secret d’un père tourmenté et malheureux, s’est révélé moyennement convainquant. Cette histoire abracadabrante, un tantinet tirée par les cheveux manque de profondeur. Tout semble assez invraisemblable. Si l’écriture de l’auteur est assez poétique, elle présente néanmoins peu d’envolées. Le dénouement suit par ailleurs la logique du livre, la descente aux enfers est lente mais inévitable.

En bref : A travers ce petit roman percutant et parfois malgré tout lumineux, l’auteur relate avec un certain talent mais sans grand éclat le naufrage douloureux d’un couple passionné qui tente vainement de préserver l’équilibre de sa famille.

On sort finalement de cette lecture, écœuré et quelque peu déprimé. Dommage pour ce rendez-vous manqué… Pour ma part, ce récit m’a davantage plombée qu’émerveillée. Mon avis est assez mitigé. Le film est en revanche bien plus réussi grâce notamment à l’alchimie convaincante du couple Duris/Efira. A voir tout de même pour se faire son propre avis. Je serais curieuse de connaître votre ressenti.

La bande-annonce du film:

Cet article a été publié dans La littérature fait son cinéma, littérature française. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

21 commentaires pour En attendant Bojangles de Olivier Bourdeaut

  1. dasola dit :

    Bonjour missicornish, je fais partie des lectrices qui n’ont pas aimé le roman et c’est pourquoi, je ne suis pas allée voir le film, j’ai certainement eu tort. Bonne après-midi.

    • missycornish dit :

      Bonjour Dasola. Ah je suis rassurée de ne pas avoir été la seule à ne pas avoir aimé ce roman. Le film vaut le coup d’oeil pour Virginie Efira qui est sublime

  2. Séverine dit :

    Je me demandais si la lecture de ce roman pouvait me plaire mais, au regard de ce que tu décris, je ne pense pas qu’il soit pour moi 😉 La bande annonce du film quant à elle donne envie, je tenterai peut-être de le regarder un jour (même si tu sembles aussi mitigée sur cette adaptation cinématographique).

    • missycornish dit :

      C’est un peu triste. Je n’aime pas trop ces histoires de folie amoureuse. Le film est bien mais je pense que c’est juste la thématique du film qui ne me plait pas. On essaie de faire croire que la folie a quelquechose de beau alors qu’elle n’est que chaos et décadence. Il n’ y a rien de beau à voir ceux qu’on aime disparaître peu à peu dans leurs délires.

  3. cora85 dit :

    Bon…d’accord…LOL !
    Je regarderai le film pour me faire une idée.
    Bon jeudi !

  4. Chicky Poo dit :

    J’avais adoré la BD, j’ai beaucoup aimé le film… Je n’ai jamais tenté de lire le roman ^^ Mais il est dans ma bibliothèque depuis plus d’un an ^^ Je pense que je le lirai, je suis curieuse =)

    • missycornish dit :

      Hello Chicky Poo! Très contente de te lire! Je lirai bien aussi la bande-dessinée pour voir si mon avis changerait. Hâte de connaître ton avis sur le roman. Tiens moi au courant si tu as aimé, cela m’interesserait de savoir ce qui t’a plu dans l’histoire.

  5. lilly dit :

    Je l’ai lu il y a quelques années et j’avais eu un sentiment de déception que je n’arrivais pas à décrire (je n’en ai jamais fait de compte-rendu, ce qui n’est pas habituel d’ailleurs). J’avais trouvé qu’il y avait un côté superficiel et peu crédible dans cette histoire, et je réalise en lisant des avis ces dernières semaines à quel point la romantisation de la maladie peut être dérangeante. En effet, le père est complètement irresponsable.

  6. Alex Mot À Mots dit :

    Ce que tu dis du film ne me tente pas. Comme toi, j’étais sortie de ma lecture un peu dépitée.

    • missycornish dit :

      Bonjour Alex! Contente de te lire! ça me rassure de ne pas être la seule à n’avoir pas vraiment aimé ce roman. Je n’ai pas compris l’engouement pour le livre.

  7. Marjorie de Bazouges dit :

    Pas pour moi ce genre de bouquin, ni de film. Merci pour le partage j’ai failli l’acheter.

  8. rachel dit :

    J’avoue que j’hesiter a le lire a cause du theme…..tu m’as encore plus refroidi….si en plus c’est noir…nop….

  9. Vu ton avis, je pense commencer par la BD histoire de voir si je peux passer outre le côté un peu malaisant de l’histoire…

On papote?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s