Le maître des illusions de Donna Tartt

le maître des illusions romanRichard Papen, jeune étudiant boursier, plaque sa Californie natale pour rejoindre l’université de Hampden dans le Vermont. Prêt à tout pour gravir les échelons, il prend la décision d’intégrer la classe privilégiée et originale du professeur Julian dédiée à l’étude des langues mortes, et en particulier du grec ancien et du latin. C’est ainsi qu’il fait la connaissance de ses camarades, des personnages énigmatiques semblant tout droit sortis d’une œuvre de fiction. Cette rencontre métamorphose Richard, hypnotisé par leur aura magnétique…

Parler de ce roman singulier, un “campus novel” magistral n’est vraiment pas une tâche aisée et il m’a fallu du temps pour le “digérer”. Sa construction narrative m’a en effet de prime abord décontenancée car on sait dès la première page qu’un des personnages principaux a été assassiné par ses camarades de classe, une introduction romanesque surprenante et peu traditionnelle.

L’auteure use et abuse également de prolepses (ces fameux flashbacks en littérature). Et pourtant, malgré ces allers et retours répétés, quelle surprise ! J’ai en effet été happée par l’histoire, envoûtée par cette étrange clique d’étudiants nonchalants aux desseins pour le moins insaisissables ; tout comme par cette étrange atmosphère qui s’en dégage, de livres poussiéreux et de vieilles bâtisses. Comment ne pas penser au fil de la lecture au Cercle des poètes disparus? Impossible que l’auteure ne s’en soit pas inspirée même si l’ambiance est ici particulièrement sombre et malsaine.

Ainsi, bien que le crime soit révélé et avoué dès les premières pages du roman, l’auteure réussit étonnamment à aiguiser l’attention du lecteur qui ne s’amenuise à aucun moment de l’histoire.

La force de Donna Tartt réside dans cette capacité fabuleuse à nous tenir en haleine d’un bout à l’autre du roman, malgré la vérité que le lecteur pense de prime abord déjà connaître. Toutefois, il ne faut jamais se fier aux apparences qui sont souvent trompeuses. Les illusions sont multiples. Peu à peu, des personnalités troubles évoluant dans un univers estudiantin pour le moins glauque se révèlent au lecteur, le précipitant lui aussi, comme son narrateur Richard, dans la spirale d’une machination diabolique et effroyable.

J’ai été fascinée par Hamden, cette université du Vermont isolée aux confins d’une région sauvage et hostile. Cet établissement prestigieux fondé au XIXème siècle et connu pour ses méthodes quelque peu progressistes, attire de jeunes privilégiés volages. Ces protagonistes ne sont jamais attachants. Ils sont à la fois vils, égoïstes et extrêmement malhonnêtes comme du reste le narrateur principal, Richard, qui est prêt à suivre et soutenir corps et âme ses camarades de classe dans n’importe lequel de leurs délires d’illuminés, pour simplement conserver sa place dans un cercle très sélect. Lorsque ce jeune Californien rencontre Francis, Henry et Bunny ainsi que Camilla et Charles, des jumeaux pour le moins ambigus, il ne se doute pas que sa vie ne sera désormais plus la même… Il sera subjugué par leur richesse et leurs privilèges, au point de ne plus pouvoir supporter sa propre condition d’étudiant boursier.

Si tous sont nés une cuillère d’argent dans la bouche, c’est loin d’être le cas du narrateur issu d’un milieu plus modeste. Élevé entre un père propriétaire d’une vulgaire station d’essence et une mère au foyer peu intéressée par sa propre progéniture, Richard a vécu dans un endroit morne et mortifère où les aspirations artistiques et littéraires ont malheureusement peu de place pour prospérer. 

Sa bourgade de naissance, un tantinet miteuse et aride qui évoque de vulgaires drive-ins, du béton à foison, des mobiles homes à la peinture écaillée et des températures caniculaires, dénote fortement avec le climat froid et enneigé du Vermont où la nature semble avoir repris ses droits sur l’homme. Au contact de ses amis fortunés, Richard va progressivement s’inventer un passé plus reluisant et se crée une nouvelle identité; mais ses efforts pour gommer toute trace de son milieu social ne rencontreront guère de succès. Il en résulte que cette espèce de caméléon sociétal tente inlassablement de se fondre dans la masse et est toujours spectateur des événements, ce qui parfois peut agacer le lecteur.

Par certains aspects, le personnage de Richard, ce narrateur avide de reconnaissance et toujours attiré par l’argent, m’a rappelé étrangement la personnalité malsaine qu’incarnait Alain Delon dans Plein soleil, d’après une adaptation d’un roman de Patricia Highsmith (un film que j’ai visionné il y a des années et qui m’avait particulièrement marquée). Quoique prêt à tout pour conserver sa place dans ce petit groupe d’étudiants friqués, il n’en est pas moins victime de ces détails imperceptibles qui le tiennent malgré tout à l’écart du groupe… Il observe, pense comprendre leurs motivations mais finit lui-même par se faire prendre dans sa toile…

new-england2 secret history

Autour de Richard gravite ainsi donc ce groupe mystérieux d’étudiants, des jeunes snobs fortunés qui brûlent la chandelle par les deux bouts, s’abîment dans l’alcool et les drogues, gâchent leur temps à étudier des sujets obscurs qui ne leur serviront jamais à entrer dans la vie active. Ce sont des oisifs qui s’efforcent de vouloir rester en marge de la société en s’isolant volontairement des autres. Ils communiquent  en outre dans un langage que seuls eux peuvent comprendre et se passionnent pour des sujets poussiéreux et abstraits… Richard découvrira les fameuses bacchanales, ces rituels religieux de la Rome Antique où l’alcool coule à flot, et au cours desquels les sacrifices humains étaient souvent monnaie courante. On se doute bien que rien de bon ne peut découler de cette fascination étrange pour les célébrations morbides offertes en l’honneur du Dieu Dionysos, la divinité de la vigne et du vin…

Je n’en dirai pas davantage, lisez ce livre !  Ce roman d’une grande noirceur est excellent.

Je n’oublierai pas de si tôt cette clique infâme d’étudiants sans scrupule, imbus d’eux-mêmes et d’une condescendance crasse, qui m’a complètement envoûtée : Bunny, le golden boy aux poches toujours trouées, Francis, le bel homosexuel aux allures de dandy qui rappelle étrangement le séduisant Percy Bysshe Shelley, Camilla et Charles, les deux amants maudits, frère et sœur de sang mais âmes sœurs de cœur et Henry, cet intellectuel taciturne à la personnalité insondable. La perversité de leur esprit m’a parfois choquée. Le meurtre de sang froid de leur camarade de classe ne les touche en rien car leur égoïsme dépasse l’entendement.

Pour conclure, cette œuvre d’une grande noirceur s’est révélée fabuleuse et m’a impressionnée. Si elle a été souvent estampillée dans la catégorie du thriller, elle ne devrait en aucun cas se limiter à ce seul genre littéraire. A la fois un roman à suspens, une satire sociale et un roman policier, Le maître des illusions est un roman cruel et dérangeant sur la manipulation, une sorte d’ovni qui possède un pouvoir électrisant sur le lecteur. La romancière retranscrit en outre avec maestria l’existence de ces étudiants qui portent en eux le fameux “fatum”, la marque du destin immuable. J’ai adoré les références multiples à la tragédie grecque. Ce livre décrit aussi merveilleusement bien le décor du Vermont qu’il s’agisse de dépeindre la campagne, la forêt, les vieilles demeures familiales que Richard découvre avec ses étranges amis ou encore le campus presque anachronique. C’est certain, je relirai ce roman avec plaisir, il m’a captivée.

Un dernier mot sur le contexte d’écriture du roman : Donna Tartt, romancière américaine, n’avait que 29 ans lors de la première publication de ce chef-d’œuvre, un roman devenu aujourd’hui culte. Elle aurait consacré dix ans d’écriture et de recherche avant de le publier en 1992, un sacré travail d’orfèvre ! Sa plume est d’ailleurs remarquable, son style fluide et limpide. Il s’en dégage un certain lyrisme. Je doute que le roman puisse un jour être adapté pour le grand écran, il serait impossible de retranscrire l’essence du livre à la télévision.

Enfin, j’ai découvert à l’occasion de cette lecture formidable, le style Dark Academia, une esthétique originale que j’adore. Je ne connaissais pour ainsi dire rien de cette tendance qui apparemment est devenue, comme le Cottage Core, un véritable mode de vie. Il semble vouloir mêler la découverte de soi et la quête du savoir. Les tenues vestimentaires inspirées de cette ambiance font d’ailleurs légion sur les tableaux Pinterest car il est facile de les reproduire. Je suis incontestablement fan du genre !

darc academia outfits

La bande-annonce de Plein Soleil avec Alain Delon:

Et une vidéo géniale de fan fiction excellente sur Le maître des illusions de la chaîne Ahu Sunrise :

Cet article a été publié dans Challenge Halloween, Chronique diabolique 2022, Littérature américaine, Ovni littéraire, Polar, Pumpkin Autumn challenge, Roman noir/policier, Thriller. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

14 commentaires pour Le maître des illusions de Donna Tartt

  1. alexmotmots dit :

    Tu me donnes envie de retourner lire cette auteure.

  2. cleanthe dit :

    Ce roman qui me tentait déjà pour sa belle couverture suggestive me tente plus encore après avoir lu ton billet. Je suis sûr d’adorer cette ambiance!

  3. Je ne connaissais pas ce genre de Dark Academia mais maintenant que tu en parles, ça semble assez évident effectivement !
    J’avais moi aussi été envoûtée par ce roman (et Le chardonneret, s’il n’a rien à voir, m’avait encore plus plu) 😉

    • missycornish dit :

      Ah j’ai entendu beaucoup parler du Chardonnet et je l’ai acheté. Je ne sais toujours pas de quoi il parle mais il me tente énormément. J’ai vraiment savouré Le maître des illusions, ce n’est sans-doute pas objectif mais l’atmophère du livre m’a donné envie de me relancer dans des romans plus denses et qui laissent le temps de poser un vrai décor. J’aimerais beaucoup lire d’autres livres Dark Academia mais pour l’instant je n’en ai pas trouvé.

  4. cora85 dit :

    J’adore ce roman, malgré son aspect contemplatif qui peut en rebuter certains.
    Effectivement, il possède un je ne sais quoi d’envoûtant.
    Je suis d’accord avec toi : il semble très difficilement adaptable !

  5. Chicky Poo dit :

    Bon ben moi j’avais détesté ^^ Je me souviens que les éternelles discussions sur les traductions de grec ancien m’avaient agacée. Richard m’avait insupportée, j’avais pas accroché avec les autres non plus (la relation chelou des jumeaux !), je n’avais pas aimé l’écriture et ça manquait de suspense à mon sens. Et je ne sais pas si c’était la même traduction que tu avais mais la mienne était insupportable !! Les « assiettes en papier », « Le Maire Tom » (pour Major Tom dans la chanson de Bowie)… Bref, un gros raté pour moi, heureusement j’ai pu le faire reprendre à la librairie à l’époque ^^

    • missycornish dit :

      Ah oui quand même. Ah zut! La traduction était bonne. J’ai une très vieille copie Pocket moins belle que la couverture que j’ai posté. J’ai adoré l’ambiance mais le début était étrange presque philosophique.

  6. rachel dit :

    Et bin tu as vraiment aime…..oohhh tu donnes meme envie….;)

  7. Marjorie de Bazouges dit :

    Cet article me donne vraiment envie de lire ce livre.
    Marie La forêt magnifique !

On papote?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s