Enola Holmes/ Tome 1 La double disparition (B.D)

downloadEnola Holmes, sœur cadette du grand détective Sherlock Holmes, apprend avec effroi le jour de son anniversaire la disparition mystérieuse de sa mère. Cette dernière s’est volatilisée sans crier gare. A-t-elle été enlevée ou est-elle partie de son plein gré ? La demoiselle, digne sœur de son frère, décide d’enquêter après avoir découvert parmi ses présents de sa mère, un curieux recueil contenant un mystérieux message codé…

Là voilà prête à abandonner derrière elle le manoir familial en décrépitude, et la menace imminente d’une éducation rigide en pension de jeunes filles. Durant sa fugue, Enola se retrouvera malgré elle, après moult aventures, impliquée dans le kidnapping d’un jeune marquis. Parviendra-t-elle seule à retrouver sa mère disparue et réussira t-elle à échapper aux griffes de ses deux frères aînés, Sherlock et Mycroft, partis eux-aussi à ses trousses et bien déterminés à la remettre sur le droit chemin ?

Acquise sur Vinted pour une bouchée de pain, cette jolie bande-dessinée me faisait de l’œil depuis plusieurs mois déjà. Je l’avais en effet repérée dans la librairie de ma ville en furetant dans le rayon jeunesse. La couverture sublime m’avait d’emblée charmée. Voilà le genre de B.D idéale pour paresser tranquillement le soir sur le canapé au coin du feu.

OIP (4)Il y a quelques mois, j’avais découvert avec un plaisir délectable la fameuse adaptation télévisée du premier tome de la saga Enola Holmes de Nancy Springer (je n’ai malheureusement pas eu encore l’occasion de me plonger dans cette saga estampillée policier mais compte bien remédier à cette lacune d’ici les prochaines semaines). Le film gentillet avait eu au moins le mérite de renforcer mon désir de lire la série de romans jeunes adultes de Nancy Springer. D’autant plus qu’elle avait remporté un joli succès lors de sa sortie en France, en 2009 …

J’avais particulièrement aimé cette héroïne dans l’ère du temps, un modèle de courage et de détermination et une belle inspiration pour les jeunes filles d’aujourd’hui (incarnée à l’écran par la ravissante Millie Bobby Brown qui avait fait une entrée fracassante dans le monde du petit écran après sa belle performance dans Stranger Things).

Certes, ce personnage féminin, créé de toutes pièces à partir de l’oeuvre de Sir Arthur Conan Doyle, avait eu quelques déconvenues avec la presse, tout comme avec les descendants de l’illustre écrivain, qui s’étaient empressés de faire un procès à Netflix, après lui avoir reproché d’avoir perverti dans son adaptation télévisée (effectivement pas très fidèle), la personnalité du grand détective Sherlock Holmes. Notre héros est en effet bien plus humain et empathique dans cette version modernisée que dans l’œuvre littéraire originale. Qu’importe, les puristes peuvent gronder, pour ma part je n’ai pas boudé mon plaisir et ai profité pleinement de ce divertissement sans retenue. 

J’ai d’ailleurs parcouru cette jolie bande-dessinée en conservant la même approche et en appréciant l’objet pour ce qu’il est, un album illustré conçu avant tout pour plaire et divertir le jeune lecteur, un pari largement relevé ! Serena Blasco, illustratrice, peintre et auteure française de talent, a adapté avec brio les aventures de cette détective en herbe. Le style graphique est particulièrement bien rendu et les dialogues enlevés sont même dans certains passages particulièrement drôles. 

IMG_20210327_163719

Enola Holmes est ici portraiturée sous les traits d’une jolie brunette piquante, un poil maladroite et au caractère des plus têtu. Des traits de personnalité charmants. Spécialiste de la débrouille, elle n’hésite pas à se grimer pour se fondre dans le décor des rues londoniennes. Certaines scènes de ce premier tome sont d’ailleurs assez rocambolesques et un brin théâtrales. J’y ai  ainsi retrouvé quelques clins d’oeil flagrants à l’atmosphère victorienne so British des romans de Charles Dickens, ce qui bien évidemment m’a grandement plu.

Les illustrations aux contours arrondis sont en outre représentées à la manière d’un conte pour enfant, à travers de magnifiques aquarelles. Les teintes ocres et violines qui dominent principalement dans cet album donnent de ce fait un rendu très harmonieux à l’ensemble. C’est un vrai régal pour les yeux.  

Seul petit point noir (on pinaille un peu !), le premier volet suivant à la lettre l’intrigue des romans originaux, nous laisse cependant un peu sur notre faim. On termine ainsi cette bd avec une seule envie, connaître la suite de l’enquête ! 

Pour finir, cette adaptation en bande-dessinée du premier tome du roman de paralittérature de Nancy Springer à la fois originale et distrayante est une jolie réussite.

En bref : un bel album illustré à mettre entre toutes les mains ! Et une lecture détente qui tombait à point nommé !

La bande-annonce du film encore disponible sur Netflix : (72) Enola Holmes | Official Trailer | Netflix – YouTube

Cet article a été publié dans Album illustré, Bande-dessinée, blablas littéraires, Littérature anglaise. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

11 commentaires pour Enola Holmes/ Tome 1 La double disparition (B.D)

  1. Blandine dit :

    Ravie que ce premier tome t’ait plu.
    J’ai beaucoup aimé cette adaptation BD, en effet très belle graphiquement comme pour l’objet-livre. Et j’ai aimé son adaptation en film. Il me faut découvrir les romans encore 😉

  2. Oh oui, c’est ravissant hein? Je l’avais emprunté à la médiathèque !

  3. myloubook dit :

    Depuis le temps que je fais mes lectures British mysteries, je n’ai pas vraiment succombé à Enola Holmes et à chaque fois je ne vois que des avis positifs… il faut vraiment que je lui donne une nouvelle chance !

    • missycornish dit :

      Ah je pense que c’est un peu le souci quand on voit trop d’avis défilés sur les mêmes livres. Des fois, j’ai envie d’attendre un peu pour ne pas me laisser trop influencer mais parfois c’est le contraire je succombe directement. 😊😅

  4. rachel dit :

    Oh oui il semblerait que cela soit une bien belle serie…je dois voir le film…ouiiii

  5. Chicky Poo dit :

    Héhé ! Contente que tu aies aimé cette adaptation 🙂 J’ai les 6 tomes à la maison, c’est un vrai régal. Et encore, je trouve les romans encore mieux ! 😉
    J’avais oublié les « ennuis » judiciaires, mais pfff, à un moment donné, faut arrêter un peu. Enfin moi je trouve que c’est un chouette ajout à l’univers Holmésien ! 🙂

  6. Marjorie de Bazouges dit :

    J’ai beaucoup aimé la série.

On papote?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s