Zola Jackson

Un coup de coeur! A lire une boîte de kleenex à portée de main! (si comme moi vous êtes une personne très émotive!)

Zola Jackson.Ayant été prise d’un grand élan de paresse et de fatigue cette semaine, j’ai donc décidé de faire momentanément une petite infidélité à ma PAL de Lettres Modernes pour lire Zola Jackson de Gilles Leroy et je ne regrette rien! Je me suis emmitouflée dans mon patchwork, j’ai avalé nombre de gorgées d’infusion à la menthe pour apaiser ma toux, et je me suis plongée avec délectation dans ce roman bref, que j’ai lu d’une seule traite. J’ai achevé cette lecture les larmes aux yeux ! (Il devait y avoir des oignons dissimulés dans la pièce, ce n’est pas possible autrement…).

L’histoire s’ouvre sur l’annonce d’un ouragan dans le Delta du Mississipi, en Louisiane. Nous sommes en août 2005 et déjà le lecteur devine  à cet indice temporel que cette catastrophe naturelle n’est autre que le terrible ouragan Katrina qui détruira toute la ville de la Nouvelle-Orléans sur son passage. Zola Jackson, une noire-américaine, personnage éponyme du roman, ne peut se résigner à abandonner son logis derrière elle, ni son adorable chienne Lady, si dévouée et loyale, sa seule compagnie depuis la mort de son fils métis Caryl, décédé à la suite d’un cancer foudroyant. Caryl avec qui elle ne s’est jamais vraiment réconciliée, son fils prodige, doué pour tout, a non seulement choisi de  déserter la Nouvelle-Orléans pour s’installer en territoire sudiste, la laissant seule, mais il a aussi succombé à son grand désarroi, au charme d’un homme. Pire encore, ce dernier est blanc, la peau laiteuse presque diaphane et le poil roux. Alors que Zola reste calfeutrée seule dans sa demeure vétuste qui prend progressivement l’eau du fait des inondations, la vieille dame se remémore son passé et en particulier les années marquantes qui ont jalonnés sa courte existence. Aux côtés de Lady, sa chienne courageuse et attachante, Zola s’accrochera désespérément à la vie. Ce n’est pas une tempête de rien du tout qui l’a découragera, Mrs Jackson n’est pas une lâcheuse, elle quittera son foyer avec sa chienne Lady ou rien.

Voici un roman magnifique. Je dois admettre que je l’ai dévoré et que j’ai été touchée par la personnalité canine de Lady. Le lien indéfectible entre elle et sa maîtresse m’a bouleversée. J’ai un faible pour les animaux et notamment pour les chiens, Gilles Leroy dépeint une facette particulièrement attachante du meilleur ami de l’homme.

Je conseille ce roman aux lecteurs amoureux des bêtes. Le romancier a également décrit avec brio l’atmosphère de fin du monde de  l’ouragan Katrina. Je me suis non seulement prise d’affection pour les deux personnages principaux du livre mais j’ai également éprouvé au fil des pages leurs angoisses et leurs chagrins. Ce huis-clos m’a laissé une empreinte indélébile et je le relirai avec plaisir. Gilles Leroy a un style bien à lui et un vocabulaire très riche qui lui permet d’exprimer avec talent les nuances des sentiments humains. Il évoque ainsi les relations difficiles entre les blancs et les noirs, toujours présentes même au 21ème siècle. L’écrivain en profite aussi pour fustiger à travers la voix de Zola Jackson, une femme de trempe et à la volonté de fer, les médias qui ont fait des gorges chaudes du désastre qu’a entraîné Katrina, se délectant des images spectaculaires de l’effondrement de la Nouvelle-Orléans et du malheur des pauvres gens abandonnés à leur propre sort, tentant en vain de se substituer à leur destin funeste alors que les hélicoptères des journalistes surplombaient la scène du drame, les scrutant comme des rapaces à l’aide de leurs caméras, sans même penser à leur venir en aide !

Je n’ai pas l’intention de terminer mon voyage dans le sud des Etats-Unis, je poursuis mon exploration livresque en lisant La couleur des sentiments, un roman passionnant !

Une petite vidéo qui m’a rappelé cette lecture émouvante, le sauvetage d’un chien après un tsunami au Japon:

Publicités
Cet article a été publié dans drame social. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour Zola Jackson

  1. M de Brigadoon Cottage dit :

    Je l’ai lu à Noël à la suite de ton commentaire , et bien j’ai beaucoup aimé . C’est un très beau sujet sur l’a priori , le racisme et la misère …. Et c’est une très belle histoire d’amour aussi. Merci Missy de me l’avoir fait découvrir

    • missycornish dit :

      De rien! Je suis contente que tu ai aimé ce petit livre. Moi j’ai bien aimé la relation de la vieille Zola avec sa chienne.C’était original. J’ai vu qu’un autre auteur, Laurent Gaudé, avait écrit également sur le cyclone Katrina. Son roman s’appelle Ouragan. Apparemment c’est aussi un très bon roman. Je l’ai note sur une wishlist, en attendant d’avoir les moyens de me l’offrir.

  2. DF dit :

    J’en garde un certain souvenir, que mon billet de blog sur ce roman rafraîchit…: http://fattorius.over-blog.com/article-ouragan-et-atmospheres-par-gilles-leroy-54989047.html

    Il est vrai que je l’ai lu il y a pas mal de temps…

    • missycornish dit :

      J’ai eu un petit coup de coeur pour ce roman même si j’ai préféré Alabama song. Le roman Zola Jackson est bon mais pas aussi bien écrit et travaillé que la biographie fictive de Zelda Fitzgerald.

  3. alexmotamots dit :

    Une boîte de kleenex à la main ? Tant que ça ?!

    • missycornish dit :

      Et bien pour moi oui! L’histoire de cette vieille dame m’a fait pitié, la manière qu’elle a de se rattacher à sa chienne, le seul souvenir que représente son fils m’a fait de la peine. Mais bon, tu as peut-être ressenti autre chose en le lisant?

On papote?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s