Beignets de tomates vertes

Une lecture légère parfaite pour se détendre!

Publié en 1987, ce roman succulent a remporté dès sa sortie un vif succès, en particulier chez une grande majorité de « desperate housewives » américaines. Flannie Flagg, née en Alabama, se serait inspirée de sa propre ville et de son propre entourage pour créer ses personnages et son décor. Son best-seller a été adapté pour le grand écran peu de temps après sa publication et la romancière a écrit elle-même le scénario.

L’histoire, centrée sur quatre protagonistes féminins, se déroule durant deux époques différentes : les années 80 et les années 30.

Evelyn Couch, une femme au foyer dépressive, mariée à un pantouflard et en pleine phase de ménopause, vient tenir quotidiennement compagnie à sa belle-mère à la maison de retraite de Rose Terrace. C’est durant l’une de ses visites qu’elle fait la connaissance de Ninny Threadgood, une charmante vieille dame avec qui elle sympathise. Cette dernière lui narre ses souvenirs de jeunesse dans une petite bourgade perdue de l’Alabama, au sud des Etats-Unis. Là-bas, il existait jadis au bord d’une voie ferrée, un café, le Whistle café, tenu par deux femmes extraordinaires, Ruth et Idgie. On y avait coutume de servir des assiettes de beignets de tomates vertes, une spécialité de la maison. C’est ainsi que débute la merveilleuse histoire d’amitié et d’amour de Beignets de tomates vertes.

Ce livre de recettes édulcorées sur la vie reflète le sud de l’Amérique profonde. Par bribes de souvenirs, écho de sa jeunesse, la narratrice, Ninny Threadgood, transporte le lecteur à travers le temps. Graduellement, les mémoires s’imbriquent les unes dans les autres comme un grand puzzle. L’histoire évolue dans une période de trouble où le Klux Klux Klan, dissimulé sous des capuches fantomatiques, sème toujours la terreur chez les populations noires comme blanches. Pourtant, seul le Whistle café résiste et reste un lieu de tolérance où l’on dresse même le couvert pour les vagabonds des environs.

Les personnages un peu rustiques, sont drôles et attachants. Superstitieux, un rien ignorants mais toujours le cœur sur la main, ils fourmillent dans une petite ville, paisible et calme en apparence.

Ce roman sans prétentions, renferme de nombreuses anecdotes croustillantes qui feront sourire le lecteur, c’est le cas de la gazette de Dot Weems. Cette dernière énumère les faits divers savoureux et complètement saugrenus de la ville où quasiment rien ne semble se passer. Voici le genre de nouvelle que l’on peut y lire :

 » 31 Août 1940

Elle écrase son jardiner !

Vesta Adcock a écrasé son jardinier de couleur, Jesse Thiggins, en démarrant au volant de sa voiture pour se rendre à sa réunion hebdomadaire de la Western Star. Jesse faisait la sieste sous un arbre quand, à la suite de la manœuvre de Vesta, la roue avant droite lui est passée sur la tête, l’enfonçant tout entière dans la boue. En l’entendant crier, Vesta a arrêté son véhicule sur le torse du malheureux et elle est descendue pour voir qui c’était. Heureusement des voisins sont accourus et ont pu dégager le pauvre Jesse.

Grady Kilgore a dit que Dieu merci les fortes pluies de ces jours derniers avaient changé la terre en boue parce que sinon le crâne de Jesse, si solide fût-il, aurait craqué comme une noix.

Aux dernières nouvelles, l’écrasé se porte bien, hormis l’empreinte du pneu qui ne s’est pas encore effacée de son visage. Quand à Vesta ce cœur tendre a déclaré que si elle le payait aussi grassement, ce n’était pas pour faire la sieste à cette heure de la journée. »

Dans un style d’écriture léger, Fannie Flagg nous livre un roman drôle, plein de fraîcheur et d’optimisme qui offre une réflexion originale sur le racisme, la ségrégation et le sexisme. Le sourire accroché aux lèvres, le lecteur se laisse entraîner dans ce tourbillon de personnages féminins courageux à leur manière, et c’est avec regret que l’on quitte les héroïnes : Evelyn Couch,  une épouse délaissée, s’ennuyant ferme au foyer et une mangeuse compulsive qui s’échine à suivre des régimes draconiens en vain, Idgie, le garçon manqué au caractère de cochon mais qui a toujours le cœur sur la main quand il s’agit d’aider les autres, Ruth, la pieuse au visage angélique et incroyablement douce et enfin, Ninny Threadgood, cette vieille dame dynamique qui a toujours le moral.

Abordant la mort et la vieillesse avec beaucoup de philosophie, cette histoire enlevée et tendre est un vrai régal à lire ! C’est le genre de roman léger qu’on aimerait partager dans un club de lecture, un après midi, installé confortablement au coin du feu. Pourquoi pas en tricotant et en dégustant de délicieux macarons?…. Sans oublier une bonne tasse de thé ! En complément, on peut trouver à la fin du roman de supers recettes bien caloriques. J’aimerais d’ailleurs tenter la recette des beignets de tomates vertes et celle de la tarte aux pécans.

A lire! L’adaptation cinématographique est également très réussie.

Publicités
Cet article a été publié dans Littérature américaine. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

9 commentaires pour Beignets de tomates vertes

  1. oh ca fait plaisir de voir une revue de ce livre! Je l’ai lu recemment et j’ai beaucoup aime. J’etais en Alabama la bas avec les personnages. Je n’ai pas vu le film mais j’ai lu sur differents avis qu’il semblerait y avoir controverse entre la relation idgie ruth dans le film par rapport au livre…

  2. dasola dit :

    Comme Alex mot à mot, j’avais aimé le film que je conseille absolument. Bonne soirée.

  3. Bianca dit :

    Je le note ! je n’ai jamais lu ce classique et je n’ai même pas vu le film

  4. La Gueuse dit :

    mais tu n’avais pas déjà écrit un article dessus ?

  5. alexmotamots dit :

    J’avais adoré le film, vu il y a quelques années déjà.

  6. M de Brigadoon Cottage dit :

    mmmmmm! Tarte aux pommes rhubarbe , patchwork , tricot , feu de bois . Tu nous y emmène avec ce bel article . Ces femmes pleines de courage et d’humour , encore un livre que l’on a du mal à quitter . A consommer sans modération . Tu as raison

On papote?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s