La maison des oubliés de Peter James

Attention gros coup de cœur !

Je déclare officiellement la saison halloweeniene ouverte ! Je l’attendais avec impatience ! Le temps s’accorde d’ailleurs à merveille à cette occasion. En Normandie, une pluie fine associée à une bourrasque fraîche s’est progressivement installée. Les jours se raccourcissent peu à peu, la luminosité baisse et les feux de cheminées ont repris ! J’ai donc retrouvé avec plaisir mon petit rythme de croisière de lectures automnales en me plongeant dans quelques œuvres frissonnantes. Mon choix s’est tout naturellement porté sur ce roman, une histoire glaçante de hantise :

Ollie Harcourt rêve d’une existence paisible à la campagne loin de la banlieue bruyante de Brighton où il a passé la majeure partie de sa vie. Ce web designer aisé convainc sa famille hésitante de le suivre pour s’installer dans un petit manoir vétuste qu’il croit pouvoir restaurer. La tribu Harcourt tombe de prime abord sous le charme de cette demeure un tantinet délabrée mais étrangement hypnotique… L’endroit semble parfait pour un nouveau départ. Cependant, à mesure que les jours passent, le doute s’installe… Les Harcourt ont-ils pris la bonne décision ? Des événements étranges troublent leur quiétude. Des ombres surgissent au détour d’un couloir, une vieille femme au visage mesquin semble errer dans la maison et de nombreux imprévus surgissent à mesure que les travaux de rénovation tentent de se poursuivre. Dès lors, les Harcourt n’ont plus de doute, une force délétère semble prête à tout pour les faire fuir…

  Il faut bien l’admettre la couverture soignée et un brin baroque de La maison des oubliés a tout de suite attiré mon œil. Pour une fois, je trouve que les éditions françaises ont mis le paquet.

Je ne connaissais ni d’Eve ni d’Adam Peter James. J’ai en effet découvert par hasard ce romancier britannique, en flânant dans les rayons d’une supérette, c’est pourquoi je n’avais pas réellement d’attente quant à cette lecture. Cet auteur qui est également scénariste et producteur de cinéma, a reçu en 2006 le prix prestigieux du Diamond Award pour l’ensemble de son œuvre. Il s’est ainsi forgé une solide réputation d’auteur en publiant de nombreux romans policiers et fantastiques. Si sa renommée tout comme son talent font peut-être pâle figure face au succès retentissant du maitre de l’épouvante américain, Stephen King, son titre La maison des oubliés mérite selon moi que l’on s’y attarde malgré tout…

Verdict? Le thème de la maison hantée semble tout comme les récits vampiriques encore susciter un regain d’intérêt. A l’heure du numérique, du recul des croyances, peut-on encore croire aux fantômes ? L’auteur semble convaincu que oui. On croyait ses sujets éculés, or, il n’en est rien. Peter James a trouvé le moyen de contourner cette difficulté… Les poltergeists font d’ailleurs preuve de créativité et d’ingéniosité pour tourmenter leurs victimes, n’hésitant pas à employer les grands moyens en utilisant les nouvelles technologies. Le résultat est bluffant.  Pour ma part, j’ai été happée dès les premières pages. Je dois l’admettre, certains passages m’ont franchement donné la chair de poule, au point de sursauter toute seule en entendant une porte claquer !

A la différence de Stephen King qui aime planter son décor et ses personnages dans un univers riche et travaillé, Peter James lui préfère rentrer dare-dare dans le vif du sujet. L’horreur s’immisce dès les premières pages sans que le lecteur y soit préparé (moi la première !). Cet écrivain est indéniablement un conteur redoutable. Dès lors, il m’a été impossible de lâcher ce roman qui m’a fait l’effet d’une montagne russe. Mon cœur s’est accéléré en lisant certains passages, en particulier lorsque nos héros se retrouvent malgré eux confrontés à des phénomènes paranormaux pour le moins inquiétants.

On y retrouve d’ailleurs une atmosphère troublante qui m’a étrangement rappelé celle de la Twilight Zone. Cette demeure étrange semble le portail d’une autre dimension où le temps perd toute linéarité. Le lecteur se sent de ce fait lui-même désorienté tout comme les personnages qui ne savent plus sur quel pied danser. Cette vieille bâtisse possède tellement de chambres, de recoins et de couloirs qu’elle en devient un véritable labyrinthe. Comment ne pas penser alors à The haunting of Hill house, cette série extraordinaire et terrifiante sans effusions de sang ni gore (disponible sur Netflix), un chef-d’œuvre d’écriture et un hommage excellent aux récits de hantises de Shirley Jackson, qui relate aussi l’emménagement d’une petite famille dans une demeure vétuste et mystérieuse… Si vous êtes passé à côté de cette pépite, je vous conseille de la découvrir dès maintenant. L’intrigue est remarquable.

On notera au passage que La maison des oubliés suit une trame analogue à The Haunting of Hill House, les personnages principaux ont eux-aussi pour projet de rénover ce monument historique pour l’inscrire au patrimoine… Une idée qui semble à première vue pleine de bonne volonté mais qui scellera inexorablement à jamais leur destin funeste.

En bref: cette lecture fut excellente. Etant depuis toute petite attirée par les histoires de fantômes, ayant été bercée depuis mon enfance dans une culture qui croit au pouvoir des ancêtres, je n’ai pas boudé mon plaisir. J’aime cette idée même saugrenue d’une maison habitée par le souvenir du passage de ses morts… Les murs de la bâtisse deviennent le reflet de l’âme, l’ultime vestige d’existences oubliées mais mystérieusement encore présentes. L’idée qu’une maison puisse contenir cette empreinte et avoir un impact positif comme négatif sur les vivants me fascine… Les poltergeists sont-ils le résultat d’ondes tout simplement magnétiques ou tout bonnement les esprits des anciens occupants ? A vous lecteurs d’en décider.

Alors, comme le disent si bien nos voisins anglais : « Suspend your disbeliefs » (faites abstraction de vos doutes) et laisser-vous embarquer dans ce roman inquiétant et original. Vous ne serez pas déçus !

Je vous laisse visiter Hill House… A vos risques et périls!

Ce billet est ma seconde participation au Pumpkin Autumn Challenge dans les catégories: Automne frissonnant: Je suis Médée, vieux crocodile (horreur) et esprit es-tu là? (fantôme du passé).

C’est aussi ma toute première participation au Challenge Halloween (j’ai choisi les atmosphères Les lieux hantés et le cimetière, le deuil et la perception de l’au-delà). Cette nouvelle saison, le challenge fête ses onze ans d’existence! Bon anniversaire! Merci à Lou et Hilde qui une fois de plus nous ont concocté un super programme effroyable pour ce mois-ci! Pour y participer c’est ici!

Enfin, ce billet s’inscrit dans le challenge Thrillers et Polars de Sharon. J’ai choisi la catégorie Montalbano (soit entre cinq et quinze livres sur un an).

Cet article a été publié dans Challenge Halloween, Chronique diabolique 2020, Classique horreur, Lire du fantastique, Littérature anglaise, Pumpkin Autumn challenge, roman gothique, Thriller. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

18 commentaires pour La maison des oubliés de Peter James

  1. Shunt dit :

    J’ai lu de cet auteur Comme une tombe et j’ai trouvé ce livre tellement catastrophique que j’ai décidé de ne plus lire de romans de Peter James 🙂

    • missycornish dit :

      Ah c’est dingue?! Tu n’as pas aimé? J’ai trouvé qu’il remplissait son office. Il était idéal comme lecture angoissante pour cette saison. Mais je ne connais pas beaucoup cet auteur. Je commence Hypnose on verra si c’est mieux.

  2. myloubook dit :

    Merci pour ce partage. Quelle belle maison ! Je me note le titre qui a je pense tout pour me plaire, étant très friande d’histoires de ce genre moi aussi. De Shirley Jackson j’ai lu Hantise (et un autre d’ailleurs), et j’ai vu deux adaptations en film mais pas encore en série. Je ne crois pas avoir lu Peter James. Toujours est-il qu’entre la mention de Brighton, la vieille femme, la modernité dans le traitement, je suis bien tentée !

    • missycornish dit :

      Ah super Lou! Alors fonce! As-tu vu la série the Haunting of Hill House? La série The bly manor sort également le mois d’octobre. Cette série est géniale. L’usage des nouvelles technologie pour faire communiquer les esprits frappeurs étaient pour moi une super trouvaille dans ce livre.

  3. Lecture très tentante !! Bon challenge 🙂

  4. Chromopixel dit :

    Celui-ci va faire son apparition dans ma pile à lire prochainement ! je n’en entends que du bien, et je pense que c’est exactement ce que je cherche comme ambiance !

    • missycornish dit :

      Franchement fonce! Je suis tombée sur ce roman par hasard et j’ai vraiment été agréablement surprise. Au point de me précipiter pour acheter Hypnose que je compte lire aussi ce mois-ci!

  5. cora85 dit :

    Je ne le connais absolument pas. Merci!

  6. Hilde dit :

    Merci pour cette première participation qui me donne franchement envie de découvrir le roman et tous les détails de l’histoire. J’ai bien aimé « The Haunting of Hill House ». Et, j’adore les histoires de hantises. Ces demeures hantées m’attirent toujours autant. 🙂

    • missycornish dit :

      Ah super! On a un point commun. Là j’hésite j’ai trop de choix devant moi. Je pense lire Hypnose du même auteur. Apparemment c’est pas mal aussi. Tu as vu que bientôt sur Netflix il va y avoir la suite de The Haunting of Hill House? Sur le même thème mais c’est une autre histoire, un hommage au tour d’écrou. J’ai hâte!!!

  7. rachel dit :

    Oh punaise tu commences fort ton mois Halloween….oui didonc….ouah frissonnant….;)

  8. Syl. dit :

    Mais ça fait drôlement peur ! Je note, mais je ne sais pas si je vais avoir le courage de pénétrer les pages…

On papote?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s