David Copperfield

Ä°ion`è†`øã^’ä^dIl y a quelques mois, j’ai lu David Copperfield de Charles Dickens (à ne pas confondre avec le magicien, hum hum..). Il était grand temps que je vous en parle car Dickens est devenu l’un de mes écrivains favoris. Il faut bien l’admettre, les tribulations du héros ont réussi à me faire verser des larmes de compassion. Nous suivons pas à pas le parcours initiatique de David Copperfield, de sa naissance jusqu’à son passage à l’âge adulte.
Il est vrai que l’histoire, pourtant hautement romanesque, reste toujours raisonnable, en bon conservateur, l’auteur ne remet jamais vraiment en cause les principes moraux établis, et son récit reste d’un bout à l’autre pétri de bons sentiments. Cependant, l’auteur arrive à redonner de l’éclat à la banalité bourgeoise en embellissant un quotidien en apparence morne. Son œuvre pourtant dense est addictive. J’ai pris beaucoup de plaisir à la lire. Une grande déception toutefois :

David Copperfield est si naïf qu’il en frise parfois la stupidité et son attachement pour Dora, cette « brioche » comme l’aurait surnommée Dumas, une jeune fille insignifiante et bien volage, le rend souvent puéril aux yeux du lecteur. Pourquoi ne prête -t-il pas d’attention sérieuse à son amie d’enfance la douce et raisonnable Agnès, pourtant si attachante alors qu’il est flagrant qu’elle lui est destinée ? Les personnages de Dickens me semblent parfois manquer de relief. La vision de l’auteur du monde peut ainsi paraître un peu étroite mais, comme le soulignait Stefan Zweig dans son essai Trois Maîtres, elle reflète le contexte social de l’époque, le milieu du 19ème siècle, et les mentalités de l’ère victorienne. Les Britanniques n’ont désormais plus le désir d’étendre leurs territoires, d’agrandir leurs colonies mais ils souhaitent avant tout se recentrer sur eux-mêmes,  vivre une vie à la fois confortable et rangée, une existence plutôt médiocre. Dickens donne ainsi une image rassurante de l’Empire britannique où sommeille une morale fortement puritaine propre à son temps. Il n’est plus question de dépeindre des personnages héroïques et ambitieux, l’auteur préfère, de prime abord, s’attacher à des personnalités humbles et de modestes conditions. En somme, il nous livre une peinture très bourgeoise de sa société; l’absence de sentiments exacerbés fait aussi cruellement défaut dans ce roman, ce qui m’a parfois agacé. En effet, Charles Dickens raffole peu des débordements d’émotions, élevant ses héros au rang de symboles, ceux de la vertu. Son univers ne comporte que deux types de personnalités manichéennes : les bons et les mauvais. Il paraissent dès lors peu crédibles puisqu’ils restent figés dans des stéréotypes, ceux de la pruderie, la malice, la camaraderie, la naïveté ou la méchanceté. Mais rappelons que David Copperfield, publié initialement en feuilletons mensuels, se destinait principalement à l’éducation d’un lectorat juvénile d’où la description d’un monde d’insouciance où le bien triomphe toujours. Le lecteur moderne doit donc être indulgent, et c’est dans cette perspective que je l’ai lu avec délectation.

Malgré ses quelques faiblesses, cette œuvre  d’apprentissage s’est avérée passionnante. A noter que ce roman serait une autobiographie déguisée de Dickens, l’auteur, tout comme David Copperfield, aurait en effet vécu les humiliations de la pauvreté. Il aurait travaillé durant son enfance dans une fabrique de cirage. Sans-doute a-t-il lui aussi cru voir flétrir ses espoirs de jeunesse à l’instar de son héros.

Pour conclure, les œuvres de Dickens me plaisent grandement. Elles sont chaleureuses comme le feu qui crépite dans l’âtre d’une paisible chaumière anglaise et j’aurai plaisir à me replonger durant les vacances dans cet univers rassurant en lisant peut-être De Grandes espérances ou Bleak House

Publicités
Cet article a été publié dans Classique britannique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

9 commentaires pour David Copperfield

  1. DF dit :

    Bonjour! Rien à voir, mais je viens de vous taguer… c’est ici que ça se passe, et que vous trouverez les explications relatives à ce petit jeu:

    http://fattorius.over-blog.com/liebster-award-et-cons%C3%A9quences-ceci-est-un-tag

    Bien du plaisir! 🙂

  2. alexmotamots dit :

    Jamais pu dépasser la page 50. Trop mièvre à mon goût…..

  3. grigrigredin dit :

    Tu as raison, il ne faut pas confondre ce David Copperfield avec le magicien, mais on peut se permettre un rapprochement malgré tout : c’est toujours magique quand on lit Dickens…

  4. titine75 dit :

    Je suis une grande fan de Dickens, je me délecte à la lecture de ses romans. Je n’ai pas encore lu « David Copperfield » mais je pense que ça le prochain. Tu as raison sur tous les points, le manichéisme est souvent reproché à Dickens mais tu expliques bien pourquoi il l’utilisait.

  5. denis dit :

    il y a bien longtemps que j’ai lu cet auteur, il faudrait que je replonge dans son univers d’autant que j’adore le 19e siècle

  6. Romanza dit :

    Il m’attend dans la bibliothèque depuis quelques temps ….Depuis De grandes espérances, Dickens et moi, c’est l’amour fou.

  7. Lili dit :

    Décidément, c’est la Dickensmania sur les blogs en ce moment : avec une LC de « De grandes espérances » qui a couru récemment, puis mon billet sur « Oliver Twist » quelques jours plus tard et maintenant le tien sur « David Copperfield » ! C’est drôle, sans même se concerter, on est au diapason 😉
    Ce que tu dis de ce livre semble beaucoup rejoindre l’histoire d' »Oliver Twist »… A voir qu’elles en sont les subtiles différences?… Shelbylee a proposé une LC de « David Copperfield » pour le 31 août, je m’y inscrirai sûrement pour répondre à cette question 🙂
    Bisouxx!¨¨*

    • missycornish dit :

      Salut! Dommage que j’ai loupé la LC de De grandes espérances, j’avais bien envie de le lire celui-là. J’ai lu ce matin ton billet sur Oliver Twist, je vais poster un commentaire. Il semble qu’Oliver Twist et David Copperfield se ressemblent beaucoup.
      Je viendrais lire vos avis cet été sur la LC du 31 Août. bISOUXX

On papote?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s