12 years a slave

Cet article a été publié dans Biographie, Cinéma, Littérature américaine. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

19 commentaires pour 12 years a slave

  1. Chicky Poo dit :

    J’étais persuadée d’avoir vu le film tant il est connu, mais en fait non. Ta chronique est passionnante, mais je pense qu’il faut être dans un bon état d’esprit pour lire le livre (ou même regarder le film). Je me le note, je suis curieuse même si je ne suis pas rassurée sur certains passages dont tu parles… Je verrai mais je ne manquerai pas de venir t’en reparler si je le lis !

    • missycornish dit :

      Bonjour Chicky Poo! Ah je pensais comme toi avant de lire le roman que j’avais déjà vu le film mais non je ne sais pas pourquoi je ne l’ai toujours pas visionné. En effet, il faut être dans un bon état d’esprit, je pense que depuis que j’ai eu ma fille, je suis plus sensible encore aux histoires d’enfants maltraités et séparés de leur famille. J’ai du mal avec tout ça. Tu me diras quand tu auras sauté le pas. En attendant, je prépare un billet un peu moins sombre. Bon weekend!

  2. Blandine dit :

    Je n’ai pas lu le roman, que j’ai découvert suite au visionnage du film, un soir que j’allumais la télé (ce qui est rare).
    Il m’a écœurée et bouleversée 😥

    Il me semble que les appropriations et descriptions de ces horribles faits sont de moins en moins édulcorées dans les livres comme dans les films. Cette image véhiculée par Autant en emporte le vent (ou Nord Sud aussi) avait fait l’objet d’une vindicte il y a quelques années pour que soit rétablie l’horrible réalité.

    • missycornish dit :

      Bonjour Blandine! Oui c’est ce qui dérange le plus. Sachant que tout était vrai j’ai trouvé la majeure partie du livre insoutenable. De ce que tu me dis je doute voir le film, je me rends compte que je suis de plus en plus touchée par ce que je lis donc je vais me tourner vers des lectures plus douces. Je ne supporte plus cette cruauté. C’est vrai que dans les films et les livres il y a de plus en plus de violence.

      • Blandine dit :

        Je me retrouve dans ce que tu écris.
        Comme toi, je ressens le besoin de lectures plus douces, plus belles, moins dures ou cruelles.
        Le contexte y est aussi certainement pour quelque chose, mais on change aussi (c’est cliché mais vrai^^)

        • missycornish dit :

          Bonjour Blandine ! Oui en effet mes lectures sont rythmées selon mes humeurs du moment et en ce moment je ne veux plus lire d’histoires glauques et tristes. Ah on s’est bien trouvé alors autour du challenge Cottagecore. Ça fait du bien de lire des choses plus légères de temps en temps.

  3. Milly dit :

    Ouf!!! Le genre de récit qui continue de nous habiter durant un bon moment. J’ai regardé la bande-annonce. C’est troublant et tellement injuste. Un très beau billet.

    • missycornish dit :

      Milly c’est un roman très dur. La bande-annonce donne envie de voir le film mais c’est le genre de roman qui nous marque sans qu’on puisse dire qu’on a vraiment aimé. Merci ! 😊

  4. rachel dit :

    Il y a des sujets beaucoup trop durs pour moi…et celui-ci en fait parti…desolee je passe….

    • missycornish dit :

      Tu as raison. Surtout en ce moment on a besoin d’optimisme dans notre vie. C’était pas la lecture idéale pour cette saison. 🙄😥

      • rachel dit :

        Oui mais c’est vraiment tout le temps…comme les camps de concentration, sujet trop fort pour moi…

        • missycornish dit :

          C’est pareil. Je déteste généralement ce genre de livre. Là je t’avoue que c’est parce que je devais dans le cadre de mon club de lecture présenter une biographie romancée. Mais oui ce sont des sujets qui au final nous plombe. Tu as raison de passer ton tour si tu es trop sensible. Je vais venir lire tes étapes Indiennes. 😉😊

  5. Marjorie de Bazouges dit :

    J’ai vu le film, il ne m’avait pas paru si dur… J’ai lu Bakita, je ne m’en suis toujours pas remise.

    • missycornish dit :

      Je n’ai pas vu le film. Je le verrai un jour. Pour ce qui est de Bakhita pour l’instant je passe. J’ai envie de lectures plus douces.

      • Marjorie de Bazouges dit :

        Comme je te comprends. Si tu t’intéresses à l’esclavage je te conseille la lecture de Segou.

        • missycornish dit :

          Ah oui c’est vrai tu m’en avais parlé. 🤔 Il faudrait que je le recherche sur Vinted à la fin du mois. Je vais le mettre dans mes favoris. 😊😘😘😘

  6. Bravo, c’est une chronique très convaincante. C’est un sujet qui me passionne. J’ai découvert dernièrement un auteur américain, Ernest J. Gaines, que vous connaissez peut-être déjà, qui décrit très bien le racisme dans le sud des Etats-Unis.

    • missycornish dit :

      Bonjour Inthemood! Moi aussi j’ai découvert ce sujet grâce aux séquences que j’ai préparées pour mes élèves. Je ne connais pas du tout cet auteur, aussi je vais essayer de trouver le livre. Belle soirée !

Répondre à missycornish Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Light & Smell

Blog de chroniques littéraires

Le boudoir de Félicie { Lit } Aussi

Les chroniques de bonnes humeurs...

Vingt et une pages

Blog littéraire et décontracté !

Jours d'humeur

( parfois bonne mais souvent mauvaise )

L'aube naissante

Réenchanter le monde...

deslivresetsharon

Lire, c'est bien, écrire, c'est mieux

desmotsetdesnotes.wordpress.com/

Quelques notes de musique et quantité de livres

Les papiers de Mrs Turner

Quand on est plongé dans un livre, le monde autour n'existe plus

L'ourse bibliophile

Brimborions et broutilles. De simples mots sur un livre, un film...

... du soir en été . blogue littéraire

“ Et à force de temps passé, toute trace de crépuscule disparaît du ciel. ” - Marguerite Duras

%d blogueurs aiment cette page :