Anne de Green Gables

Attention énorme coup de coeur ! 

XIXème siècle, sur l’île du Prince Edward, Canada. Anne Shirley, jeune orpheline d’une dizaine d’années vient d’apprendre une nouvelle extraordinaire, la voilà enfin adoptée par un frère et sa sœur, tous deux âgés et sans enfants, dans la jolie ferme bucolique de Green Gables à Avonlea. A son arrivée, Anne n’en croit pas ses yeux, cet endroit enchanteur aux paysages romantiques semble tout droit sorti d’un rêve ou d’une carte postale… Se pourrait-il que cette orpheline, tant de fois maltraitée, ait enfin trouvé son foyer?  À son grand désarroi, l’orpheline déchante malheureusement très vite, elle n’est une fois de plus pas vraiment désirée, on attendait un garçon pour aider à la ferme et voilà que débarque à sa place à la gare, une petite rousse extravagante particulièrement bavarde… La fratrie Cuthbert d’abord réticente à l’idée de garder cette fille curieuse, un nouveau fardeau pour ce drôle de couple et une nouvelle bouche à nourrir, décide finalement contre toute attente et malgré les avertissements de leur entourage, d’accueillir l’orpheline sous leur toit. Cette décision étrange et étonnante marquera le début d’une grande aventure humaine pour ce frère et cette sœur qui depuis de nombreuses années vivent reclus et embourbés dans une réalité triste et routinière…

Comme j’ai aimé cette lecture, comme j’ai pleuré et comme je me suis émerveillée au fil des chapitres en découvrant le destin rocambolesque de ce petit bout de femme un brin féministe avant l’heure. J’ai en effet été profondément émue par le personnage d’Anne qui rappelle par certains aspects de sa personnalité la vaillante Jo des Quatre filles du Docteur March. Tout comme cette dernière, Anne est une petite fille fantasque à l’imagination fertile et à la langue bien pendue (dénuée de filtres…) qui commettra un nombre incalculable de bourdes pour enfin s’épanouir en une merveilleuse jeune femme à l’esprit vif. 

J’ai d’ailleurs eu l’agréable surprise de découvrir que ce roman était en vérité le premier tome d’une longue saga de huit livres qui avaient été publiés initialement entre 1908 et 1942 ( le deuxième tome devrait paraître en français en février 2021).

S’il est vrai que certains passages et en particulier dans la première partie du roman versent un tantinet trop dans le pathos, Anne étant malmenée et traitée initialement par sa famille adoptante sans véritable égard, (comment d’ailleurs ne pas penser aux romans sombres et à la fois lumineux de Dickens?), ce grand roman populaire canadien méconnu du lectorat français, n’a cependant rien à envier à Oliver Twist. Ses mésaventures sont tout aussi palpitantes et enrichissantes pour le lecteur. 

Bien que les coups du sort semblent de prime abord s’acharner sur elle, fort heureusement, une éclaircie jaillit promptement dans ce paysage sombre, notre héroïne attachante, grâce à un optimisme inébranlable et un courage admirable, parviendra bien évidemment à séduire son entourage pour le plus grand bonheur de ses lecteurs. Cette jolie histoire, une véritable madeleine de Proust, est ainsi une douce croisière, certes sans véritables remous, mais qui, malgré tout, a le pouvoir étonnant de nous transporter.

Anne de Green Gables (adaptation série T.V 1985)

Derrière une intrigue en apparence somme toute simpliste se cache de ce fait une véritable ode à la vie. Qu’importe si les méchants ne sont pas foncièrement mauvais, si le bien triomphe toujours, cette lecture nous dévoile avant-tout la recette du bonheur en profitant pleinement de l’instant présent, en croquant la vie à pleines dents comme on le ferait en savourant une pomme délicieuse et juteuse dans un verger verdoyant. A Green Gables, comme le nom l’indique si bien, la nature règne en maîtresse, elle possède un don quasi mystique et apaise l’âme de ses habitants.

C’est par ailleurs à travers le regard doux et rêveur d’Anne que les personnages de Marilla et de son frère Matthew vont peu à peu s’épanouir et trouver l’étincelle qui manquait à leur existence. Leur relation de prime abord dure avec la petite rouquine va progressivement s’adoucir pour se métamorphoser en un amour solide et pur. Cette évolution dans leurs sentiments est profondément touchante et parfois même bouleversante. J’ai adoré ces deux protagonistes.

Marilla et Matthew Cuthbert dans Ann with an E (2017-2019)

En terminant cet incroyable roman, je me suis questionnée sur le succès surprenant de ce classique. Pourquoi ce livre suscite-t-il de nos jours un regain d’intérêt depuis ces deux dernières années? A l’heure où l’humanité s’interroge sur son sort futur, où les incertitudes plombent nos espoirs de projets d’avenir, Anne de Green Gables (connu également sous le titre Anne, La maison aux pignons verts) nous ramène à mon sens à l’essentiel. Si nous sommes privés actuellement de nombreuses libertés, notre imagination tout comme notre capacité d’émerveillement demeurent encore les meilleurs remparts face aux malheurs qui semblent nous assaillir. En ce sens, ce roman est une bouffée d’air pur, un remède efficace à la déprime ambiante et au pessimisme crasse que nous renvoient les médias.

En bref : Je vous conseille de vous précipiter sur ce chef-d’œuvre intemporel d’écriture sans plus tarder, vous ne serez pas déçus du voyage. Anne de Green Gables, à l’instar de La petite Princesse, est un petit joyau qui illuminera vos après-midis moroses. Cette héroïne bourrée d’imperfections, et au romantisme certes parfois un tantinet trop exalté, est incontestablement adorable. Un dernier mot sur cette couverture somptueuse, ce bel écrin a été admirablement bien choisi par les éditions Monsieur Toussaint Louverture pour mettre en valeur cette pépite. Ayant terminé cette lecture avec regret, j’ai désormais hâte d’acquérir la suite pour compléter au fur et à mesure ma collection (je suis devenue une fan inconditionnelle !).

À noter qu’une énième adaptation télévisée de cette œuvre à vu le jour en 2017 (en trois saisons) sous le titre Ann with an E, et est actuellement toujours disponible sur la plateforme de Netflix. Si cette adaptation très libre qui reprend les préoccupations actuelles tout en conservant bien l’esprit de l’œuvre originale, est quelque peu divertissante, elle n’égale en rien les romans de Lucy Maud Montgomery. J’ai moyennement supporté l’actrice qui incarne Anne à l’écran, ses répliques bavardes m’ont irritée et j’ai eu bien du mal à aller au-delà de la première saison… En revanche, les personnages de Marilla et Matthew sont interprétés avec brio. Je pense donc persévérer et visionner la série jusqu’au bout !

Cet article a été publié dans Littérature canadienne. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

19 commentaires pour Anne de Green Gables

  1. clairebelgato dit :

    Je suis de plus en plus intriguée par ce classique ! Je note ! Ça peut être sympa en lecture de printemps !

    • missycornish dit :

      Bonjour ! C’est une très belle lecture. Idéale en effet pour débuter le printemps. Je viens tout juste d’acquérir le second volet et j’ai hâte de le lire. Les couvertures sont superbes.

  2. Chromopixel dit :

    Je pensais que le père Noël me l’apporterait, finalement je crois que je vais devoir foncer en librairie me le procurer toute seule, j’ai très envie de le lire avant l’été.

    • missycornish dit :

      Ahaha! C’est frustrant si tu l’attendais. Tu as raison de te faire plaisir. Je vais pré-commander le second tome. J’ai hâte de le lire. Je te conseille chaudement cette lecture. C’est un petit bijou. 😍

  3. Chicky Poo dit :

    Je l’ai en VO ce roman (dans une sublime édition) et je souhaite l’avoir dans l’édition de Monsieur Toussaint Louverture, il est CA-NON ! Contrairement à toi, j’ai adoré la série Netflix, qui m’a faite pleurer un nombre incalculable de fois 😉 En tous cas, tu me donnes envie de plonger dans le roman, ce que j’hésitais à faire parce que j’ai trop la série Netflix en tête !

  4. rachel dit :

    Et bin tout un livre bien tentant….son seul defaut: paraitre, en francais, au compte goutte alors …;)

  5. Syl. dit :

    Ça fait si longtemps que je l’ai lu ! J’étais moi aussi une sœur de cœur avec Anne…

    • missycornish dit :

      Ah je pense Syl que je le relirai avec plaisir dans quelques années. Je suis vraiment contente d’avoir découvert cette pépite. Ça change du style de Noël à la librairie des coeurs brisés. 🙄😂😳

  6. maggie dit :

    La série ne me tente pas mais le livre, oui. Je l’ai déjà vu plusieurs fois sur les blogs…

  7. cora85 dit :

    Ce livre a vraiment la cote, c’est hallucinant !
    Bon, il ne me reste plus qu’à le lire, ah, ah !
    J’adore moi aussi « La petite princesse » : j’aimerais être à nouveau une enfant pour pouvoir le relire comme si c’était la première fois !
    Je te souhaite de passer une magnifique semaine, bien au chaud !
    Bonne lecture !

  8. Marjorie de Bazouges dit :

    Je crois que je vais du coup tenter d’aller au bout de la première saison en attendant de te piquer le livre !!!

Répondre à maggie Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s