La chambre aux papillons

R88b9cb7fb9956ff99662557f46085635Suffolk dans la campagne anglaise. 

Posy Montague envisage de quitter son foyer, Amiral House, une demeure vétuste qui pourtant a abrité ses plus beaux souvenirs d’enfance. L’endroit accapare en effet toute son attention et la dame d’âge mûr ne se sent plus capable d’assumer les réparations de plus en plus coûteuses ni l’entretien fastidieux de cette bâtisse qui tombe malheureusement en décrépitude. Alors qu’elle s’apprête à prendre la plus grande décision de sa vie, un fantôme du passé refait surface à sa grande surprise. Cette réapparition surprenante la bouleverse d’autant plus qu’elle fait ressortir des souvenirs éprouvants qu’elle pensait pouvoir oublier à jamais … Pourquoi maintenant et quels secrets entourent cette soudaine réapparition? Posy pourra-t-elle affronter son passé afin de pouvoir enfin profiter sereinement du présent?

Voici ma deuxième rencontre avec cette romancière irlandaise et une fois encore la plume fluide et rythmée de Lucinda Riley a fait mouche ! J’admet sans rougir avoir été totalement bluffée par ce roman qui non seulement m’a procuré un plaisir de lecture immense comme je n’en avais pas ressenti depuis plusieurs mois, mis à l’exception peut-être de Miss Charity qui m’avait grandement plu, mais m’a également surprise par son retournement de situation inattendue. Ce roman s’est révélé une très belle surprise. J’ai en effet été ferrée dès les premières pages, impossible de détourner mes yeux de ce livre haletant (j’ai passé quelques nuits blanches agrippée à mon livre, les yeux rougis par la fatigue dans le seul but de connaître le fin mot de l’histoire). Je raffole des intrigues à tiroirs et il faut bien l’admettre, Lucinda Riley maîtrise à merveille ce genre tout particulier. Elle réussit avec brio à nous transporter d’une époque à l’autre sans jamais perdre un instant le fil conducteur de son intrigue qui est étonnamment riche. Je suis toujours admirative par tant de maîtrise. Les chapitres défilent de ce fait à une vitesse vertigineuse sans nous laisser vraiment le temps de pouvoir reprendre notre souffle. On ne s’ennuie guère à la lecture d’un roman de Lucinda Riley.

Cette lecture immersive hautement divertissante et addictive m’a d’ailleurs enchantée, bien plus que les derniers romans de Kate Morton qui m’ont paru un tantinet moins aboutis et finalement un peu ternes en comparaison. 

J’ai par ailleurs adoré suivre la jeunesse de Posy, l’héroïne principale du roman et en particulier son présent qui une fois n’est pas coutume m’a passionnée car cette femme d’âge mûr est tellement touchante ! Elle a ce je ne sais quoi de familier qui charme le lecteur dès les premières lignes. On s’attache à elle, on souffre pour elle et avec elle. J’ai aimé l’amour inflexible qu’elle ressent pour son père malgré les parts d’ombre de son passé. Sa mort soudaine est auréolée de mystère. Posy qui a grandi aux côtés de sa grand-mère, seule figure maternelle présente durant son enfance est une sorte de Jane Eyre moderne. Elle est à la fois vulnérable de par son triste passé, mais pourtant forte lorsqu’il s’agit de protéger les siens, ses fils tout comme leurs enfants et même sa bru pour qui elle éprouve un attachement tout particulier. Sa générosité est infinie. Le lien qu’elle entretient en outre avec Amy, sa belle-fille qu’elle sait pourtant délaissée et négligée par son propre fils, un rustre médiocre et brutal, est remarquable. Leur complicité est incontestablement l’un des points du roman qui m’a le plus touchée. Posy prouve bien que l’amour peut transcender les liens du sang. Une belle leçon de générosité.

Si la romance a bien entendu aussi une place prépondérante dans ce récit, elle n’empiète jamais sur l’intrigue. L’auteure évite ainsi toujours de sombrer dans les écueils des romans à l’eau de rose parfois trop mièvres à mon goût et dont je raffole peu. Certains passages sont cependant malgré tout bouleversants. J’avoue avoir versé ma petite larme en lisant les derniers chapitres.

OIP (3)Pour conclure, j’ai éprouvé étrangement une certaine mélancolie une fois la dernière page tournée. J’ai d’ailleurs eu du mal à me plonger dans une nouvelle lecture. Il m’a fallu du temps pour quitter cet univers so British tellement réconfortant. Je m’étais tant attachée à ces personnages de papier que j’en avais presque oublié la réalité. J’avais déjà eu la même expérience en lisant L’ange de Marchmont Hall que j’avais également adoré. J’ai dû de ce fait me faire violence pour remonter en selle, je me suis retrouvée confrontée à une curieuse panne de lecture. Tout me semblait fade. Le premier tome de la saga « Les Sept sœurs » m’attire depuis des semaines, je suis sous le charme… Vais-je faire une petite infidélité au mois anglais?… Le résumé est très alléchant, d’autant plus que les critiques élogieuses sur la toile sont légion. Affaire à suivre.  

En bref: si vous aimez les secrets de famille enfouis dans de vieilles demeures ancestrales, les histoires d’amour impossible dans un cadre bucolique particulièrement britannique, ce roman est fait pour vous. Cette lecture fut fabuleuse et m’a captivée au point d’en devenir insomniaque. Ponctuée de très belles surprises, l’intrigue est admirablement bien menée. Elle est par ailleurs servie par une écriture fluide et addictive.

Voici donc ma toute première lecture pour Le mois anglais. Si la romancière est officiellement irlandaise, l’intrigue de ce roman se déroule essentiellement en Angleterre. Les personnages sont par ailleurs tous britanniques. 

128534449_o

Cette lecture s’inscrit également dans le Challenge Cottagecore dans la catégorie Les propriétés et jardins dissimulés. 

Challenge Cotagecore 2021 3

 

Cet article a été publié dans Challenge A year in England, Challenge Cottagecore, Challenge Le mois anglais. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

15 commentaires pour La chambre aux papillons

  1. Ca me fait un peu penser aux « Secrets de Cloudesley ». J’aime bien ce genre d’intrigue mêlant les époques… noté… 😉

    • missycornish dit :

      Oui c’est un peu du même genre même si j’ai été un peu déçue par les secrets de Cloudesley. Je préfère La chambre aux papillons plus originale je trouve. 😉

  2. Chicky Poo dit :

    Lucinda Riley est dans mes objectifs, un jour… 😉

  3. alexmotamots dit :

    Je crois que j’ai un poche de cette auteure dans ma PAL….

    • missycornish dit :

      Ah j’espère qu’il te plaira Alex. Moi je suis fan. Je trouve qu’on est toujours transporté. Je vais lire bientôt Les sept soeurs le tome 1. Tu as quel titre? J’ai vu qu’elle avait écrit beaucoup à une période.

  4. Alexielle dit :

    C’est marrant ton avis me fait penser à ma lecture des Lettres de Rose de Clarisse Sabard alors même que l’histoire n’a apparemment rien à voir ^^ En tout cas, tu me donnes très envie de lire l’auteure et ce livre-là en particulier (il me semble avoir L’Ange de Marchmont Hall dans ma pal également !).

    • missycornish dit :

      Bonjour ! Je n’ai pas encore lu ce roman! Je pense alors qu’il me plaira beaucoup aussi. Je vais jeter un œil. 😊 Ma Pal explose ! L’ange de Marchmont Hall était également une très belle lecture. Je m’en souviens encore.

  5. Marjorie de Bazouges dit :

    Que de surprises avec ces auteurs Irlandais. Je crois que je me prépare aussi quelques nuits blanches.

  6. Steven dit :

    Voici un avis très enthousiaste. Pour le moment avec cette auteure je préfère me cantonner à sa saga car je n’ai pas plus apprécié que ça L’ange de Marchmont Hall 😉

    • missycornish dit :

      Ah Steven! J’avais beaucoup aimé lire l’ange de Marchmont Hall à Noël. Je suis peut-être bon public. C’était la période des fêtes et je recherchais une lecture détente. J’ai très hâte de débuter cette saga dont j’entends beaucoup de bien. 😊 Je sens que je vais craquer.

  7. rachel dit :

    Oh tout un livre que tu recommandes et qui semble vraiment bien…ouii…;)

Répondre à missycornish Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s