L’ange de Marchmont Hall de Lucinda Riley

Nouvelle année et nouveaux objectifs de lecture ! Ces derniers mois ont été éprouvants moralement pour chacun d’entre nous et je dois bien l’avouer les livres ont été mon principal refuge pendant cette période trouble. J’ai retrouvé grâce à eux le goût de la curiosité, tout  comme celui de l’émerveillement. J’ai rêvé, pleuré, j’ai voyagé et j’ai été transportée d’un livre à l’autre. Je me suis de ce fait fixé un nouveau défi pour 2021: poursuivre cette grande aventure, en tentant coûte que coûte de rester régulière sur ce blog en essayant de partager avec vous, un maximum de lectures.

Lucinda Riley est une auteure irlandaise fantastique que je viens à peine de découvrir grâce à la lecture passionnante de L’ange de Marchmont Hall. C’est en effectuant en décembre, les dernières emplettes que j’ai déniché au détour d’un point culture, ce roman fabuleux… Quelle belle surprise ! Dès les premières pages, j’ai été complètement happée par cette lecture, au point de délaisser mes tâches ménagères ! Cette saga familiale suit le parcours cahoteux de trois générations de femmes. L’histoire oscille entre les années d’après-guerre (1945) et les années 80.  

1985. Greta retourne pour Noël à Marchmont Hall, une magnifique demeure située dans les collines de Monmouthshire au Pays de Galles. Elle n’y a pas mis les pieds depuis une trentaine d’années. David, un acteur talentueux et séduisant qui l’a invitée, espère pouvoir raviver la mémoire défaillante de sa vieille amie. Cette dernière est devenue amnésique à la suite d’un terrible accident de voiture qui a effacé de sa mémoire vingt ans de sa vie. Durant une promenade dans le parc, Greta trébuche sur une tombe dissimulée sous la neige, celle d’un petit garçon… Cette étrange découverte la bouleverse ; qui était donc ce petit ange trop tôt disparu? Peu à peu, ses souvenirs, par bribes fragmentaires refont surface… Des images douloureuses, celles notamment de sa fille Cheska qu’elle avait elle aussi oubliée. Greta parviendra-t-elle à faire le deuil de son passé pour réécrire son histoire et peut-être même envisager un possible futur?

Si vous êtes, lecteurs, à l’affût d’un “page turner” pour occuper vos soirées cet hiver, ne cherchez plus, ce livre est la solution ! Certes, ce roman est tout de même une belle brique de 700 pages, mais on ne s’ennuie jamais.  Derrière une histoire en apparence anodine, celle du récit d’une femme amnésique, un choix d’écriture qui pourrait paraître un brin sans surprise, se dissimule finalement un petit bijou d’inventivité. La trame de ce roman est en effet riche en émotions. L’intrigue est ainsi particulièrement bien troussée car Lucinda Riley a un talent inné de conteuse. J’ai aimé suivre le récit poignant de Greta, sa lente convalescence et l’évolution de sa relation avec David, cet homme foncièrement bon et généreux qui a tout tenté par amour pour veiller à son bonheur. Dans cette galerie foisonnante de personnages, je retiendrai le portrait glaçant et à la fois désespérant de Cheska, une femme-enfant trop tôt aspirée par Hollywood… L’auteure décrit d’ailleurs admirablement bien la descente aux enfers de ce personnage féminin ambivalent qui, schizophrène, sombre peu à peu dans une folie destructrice. Le lecteur suit ainsi les déconvenues de trois femmes: la mère, sa fille ainsi que sa petite-fille … Si l’héroïne Greta par son opportunisme et sa volonté obsessionnelle de faire de Cheska une star, (une erreur monumentale dont elle devra subir les conséquences tout au long de sa vie), est un personnage parfois un tantinet agaçant, elle demeure malgré tout bouleversante. Sa vulnérabilité tout comme son amour aveugle et démesuré pour sa fille est touchant.

En bref : cette lecture addictive est une merveilleuse découverte, un grand coup de cœur !  Par certains aspects, cette saga familiale alternant avec brio les sauts dans le temps m’a rappelé les romans de Kate Morton, bien que je me rends compte que Lucinda Riley maîtrise incontestablement mieux le genre … Je ne serais pas étonnée de voir son œuvre adaptée pour le petit écran dans une mini série so British … Elle serait un vivier d’inspiration prodigieux, et donnerait sans-doute naissance à un projet bien plus tentant  et abouti que la série Period drama de Bridgerton (qui devait soit-disant détrôner Downtown Abbey), une petite daube produite actuellement par Netflix et dont l’intrigue est malheureusement d’une superficialité désolante… Quel gâchis d’idées ! 

Qu’à cela ne tienne, j’ai encore quelques bons romans de Lucinda Riley sous le coude à découvrir. Je compte par ailleurs me procurer d’autres titres de cette romancière excellente. La saga Les sept sœurs me tente grandement tout comme La chambre aux papillons. Affaire à suivre !

Cet article a été publié dans Littérature anglaise. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

19 commentaires pour L’ange de Marchmont Hall de Lucinda Riley

  1. Chromopixel dit :

    Tu m’as convaincu ! Je l’ajoute de suite à ma wishlist, de mon côté j’ai lu La chambre aux papillons que j’ai beaucoup aimé !

    • missycornish dit :

      Ah j’ai super envie de le lire aussi. Bon je crois que je vais me lancer dès cette semaine dans cette nouvelle lecture. J’adore cette auteure. Impossible de résister…🙄😊

  2. Oh oui addictive, exactement ! je me souviens avoir adoré 🙂 Contente que tu aies aimé également. Bonne soirée et douce fin de semaine.

    • missycornish dit :

      Coucou Fondant! Oui c’était une super lecture! Je pensais justement à toi. Je t’ai cité dans mon tout dernier billet. Bonne soirée également et bonne fin de semaine!

  3. anne7500 dit :

    Si tu dis que c’est encore mieux que Kate Morton, c’est tentant ! Bonne année en lectures donc !

  4. Severine dit :

    Ça donne envie! Merci de partager ta belle découverte 🙂

  5. cora85 dit :

    J’aime beaucoup les sagas familiales (je te conseille « Les gens de Mogador »).
    Bonne semaine !

  6. Marjorie de Bazouges dit :

    J’adore les sagas familiales. Hâte de le lire. Ma Pal pour 2021 est en train de grandir.

  7. Oui, ta chronique est sacrément rythmée, et donne envie d’y aller voir de plus près.

  8. rachel dit :

    Oh oui on a besoin de ce genre de lecture….oh oui

  9. Chicky Poo dit :

    Elle et Kate Morton sont deux autrices que je voudrai découvrir ! Peut-être cette année ? En tous cas, tu donnes sacrément envie, ton enthousiasme est carrément contagieux ! 😉

    • missycornish dit :

      Coucou Chicky Poo! Je suis contente de te lire ! Ce roman est vraiment une bonne pioche ! Je ne regrette pas l’achat. Je pense que cette année je vais me lire pas mal de romans de Kate Morton et de Lucinda Riley ou en tout cas dans cette veine. J’ai des envies de romans British. 😉😊

Répondre à Severine Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s