Bonjour Tristesse

Bonjour tristesse image du romanEté 1954. Après avoir vécu la sévérité du pensionnat et échoué au BAC, Cécile, dix-sept ans, rentre chez elle pour mener une vie de bohème aux côtés de son père. Ce dernier, un veuf séduisant qui collectionne les maîtresses, l’emmène passer des vacances ensoleillées à Cannes où il loue chaque année une magnifique villa sur la côte méditerranéenne. Entre les fastes des réceptions, les soirées au casino et les après-midi au bord de l’eau, Cécile a tôt fait de négliger ses études. Mais cette situation chaotique délicieuse va vite être bouleversée par l’arrivée d’Anne, une femme classieuse et ambitieuse, bien décidée à rétablir l’ordre familial. Cécile voit en ce parangon de droiture une menace et mettra en place une machination cruelle pour écarter cette rivale. Mais peut-on jouer impunément avec les sentiments des autres sans en subir de conséquences ?

J’ai découvert cette romancière remarquable par hasard en 2008, après avoir visionné un téléfilm passionnant diffusé sur France 2 (une chaîne nationale française) qui retraçait son parcours professionnel et amoureux depuis sa jeunesse jusqu’à sa mort. L’actrice française, Sylvie Testud m’avait particulièrement marquée, elle était méconnaissable. Elle incarnait en effet avec panache cette petite bourgeoise aux mœurs faciles mais au talent d’écriture prodigieux. A dix-huit ans, Françoise Sagan qui mène une vie de dandy, connaît un vif succès et ce, dès la sortie de son tout premier roman, Bonjour Tristesse. Une véritable prouesse littéraire ! Si les thèmes abordés choquèrent le lectorat prude de l’époque, ce roman est pourtant devenu par la suite représentatif de l’émergence du féminisme.

Cécile, cette anti-héroïne manipulatrice et trop gâtée, ne vit que pour son propre plaisir. Elle prône l’amour libre et ne se soucie guère de la morale. La notion de bien et de mal n’a d’ailleurs aucun sens pour elle. Bientôt dépassée par les événements, la jeune fille découvrira pourtant la torture du remord, cette émotion associée à la tristesse et à la culpabilité. Des sentiments jusqu’alors inconnus. La vie n’aura dès lors pour elle plus la même saveur…

On retrouve dans ce roman doux-amer sur la cruauté de la jeunesse, des thèmes analogues aux œuvres de Scott Fitzgerald, tels que l’ennui ainsi que les mondanités d’une société très snob. Sagan s’intéresse en particulier à cette jeune génération d’après-guerre trop privilégiée et désillusionnée dont l’avenir reste encore incertain. Écrit dans un style relativement classique, cette pépite littéraire n’a pas pris une seule ride. Pas étonnant que cette œuvre soit toujours au programme des collèges et lycées français ! Bien que Bonjour Tristesse soit désespérément triste, ce roman tragique est une petite merveille d’écriture. A mettre entre toutes les mains.

 L’adaptation cinématographique de 1958:

Publicités
Cet article a été publié dans Classique français, littérature française. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

10 commentaires pour Bonjour Tristesse

  1. Polina dit :

    J’en garde un excellent souvenir ! Ne sachant que lire sur la plage il y a deux ans, je l’avais choisi et je n’en suis pas ressortie déçue. Le format court se mêlant au style de Françoise Sagan me l’a fait dévorer d’une traite ! Ou de deux…mais très rapidement dans tous les cas.

  2. chapitreonze dit :

    J’ai lu ce livre il y a aussi peu de temps. C’est une interview à la radio de son fils Denis Westhoff qui m’a décidée à le faire. Le résultat est que j’ai adoré ce livre ! Mon regret est de ne pas l’avoir lu plus tôt. Tu dis qu’il est au programme dans les collèges et lycées français mais cela n’a pas été mon cas malheureusement. J’aurais bien aimé !

  3. Armelle dit :

    Un excellent souvenir de lecture. Je crois me rappeler que le film n’était pas mal du tout. Mon roman préféré de cette auteure qui a également écrit une fort jolie pièce : un château en Suède. Par contre, contrairement à toi, j’ai peu apprécié le téléfilm, cette longue mélopée d’une vie gâchée. Récemment, j’ai assisté à une conférence de son fils qui lui ressemble beaucoup, surtout dans les gestes et les expressions, c’était émouvant car, malgré une mère difficile, il lui garde une profonde admiration.

  4. Emma dit :

    J’adore Françoise Sagan. J’en ai lu plusieurs, toujours avec beaucoup de plaisir.

  5. grigrigredin dit :

    Je ne l’ai encore jamais lu, mais je compte bien remédier à cette lacune… J’avais vu un reportage sur Sagan il y a longtemps, et je crois me souvenir que ce succès rencontré à 18 ans avait finalement beaucoup pesé sur elle, et ce poids n’était pas facile à porter. En tout cas, même si je ne l’ai pas encore lu je trouve ton billet bien fait car je pense que ce n’est pas un roman facile à commenter…

  6. alexmotamots dit :

    Toujours dans ma PAL depuis…. 4 ans. J elle regarde, et je le repose.

  7. Ondine dit :

    Je n’aime pas du tout ce roman, que je trouve plat et ennuyeux, désolée !

  8. Mdebrigadoon cottage dit :

    Sagan est un auteur qui manque à ma culture , je n’aimais pas le personnage et du coup je n’avais pas envie de lire ses écrits . Je pense que je devrais tout de même lire au moins celui-là.
    Je n’aime pas beaucoup l’artiste qui l’a incarné au ciné , mais je dois reconnaître que j’ai trouvé le film très bien ….

  9. bookyboop dit :

    Je pense que ce livre me plairait énormément !

On papote?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s