Souvenirs de Marnie

OIP (3)Anna, une jeune fille solitaire et introvertie, est envoyée par Mme Preston, sa mère adoptive, chez un couple de vieux amis, les Pegg, qui vivent paisiblement à la campagne pour y passer l’été. Cette décision n’enchante guère Anna qui se sent une fois de plus abandonnée. La timide jeune fille, d’une tristesse désolante depuis que ses parents tout comme sa grand-mère ont péri en la laissant orpheline, n’a d’autre choix que de se plier à la volonté de Mme Preston. Cette dernière est en effet inquiète de la voir chaque jour de plus en plus renfermée sur elle-même. Elle ne sait plus comment aider cette petite, toujours chagrine et contrariée. Qu’est-ce qui peu bien passer par la tête d’Anna, toujours rêveuse et si distante?

Lorsque la petite orpheline réservée débarque chez les Pegg qui résident dans un charmant cottage anglais bien coquet, elle n’en croit pas ses yeux. L’endroit est entouré de champs vallonnés et de collines verdoyantes. On entend au loin les embruns et le chant strident des mouettes. Anna prend plaisir à marcher au bord de cette mer sombre et changeante qui s’étend à perte de vue. Elle aime sentir avec un frisson divin les vagues lécher ses pieds nus. Un soir, alors que la marée monte, une demeure vétuste en pierre attire son œil scrutateur. La maison sombre qui semble à première vue abandonnée, dénote dans ce cadre champêtre acceuillant. Tout semble calme et tranquille. Pourtant lorsque la marée monte soudainement, Anna se voit contrainte de gravir précipitamment les marches qui mènent à la grille rouillée du manoir. Une vision furtive à la fenêtre du dernier étage vient troubler la jeune fille… Anna a peut-être rêvé mais il semblait bien qu’une lumière ait été allumée. N’a-t-elle pas cru entrevoir la silhouette d’une jeune fille blonde à la vitre d’une fenêtre? … C’est ainsi qu’Anna fait pour la première fois la rencontre de Marnie, cet ange presque spectral qui apparaît et disparaît inlassablement au gré de ses envies … Une rencontre providentielle qui marquera à jamais son destin …

R (1)

Qu’il est bon de pouvoir paresser chez soi, un livre à la main et sans aucune entrave professionnelle pour freiner ses envies de lecture ! A défaut de bronzer au soleil, j’ai repris mes bonnes vieilles habitudes de blogueuse. Je dévore tout ce qui passe entre mes mains ! 

Ce mois-ci, mon Book Club a décidé de lire un roman de style Cottage Core, un choix que je ne pouvais que saluer puisque, justement, j’organise sur le blog un challenge sur cette thématique ! (pour plus d’infos à ce sujet, c’est par ici !) Je fais donc une pierre deux coups !

La couverture de Souvenirs de Marnie m’a d’emblée enchantée ! Quel bijou ! Le grain de papier est par ailleurs d’une grande qualité, bien épais et très agréable au toucher. Décidément, les éditions Toussaint Louverture se sont une fois encore surpassées pour nous fournir un magnifique livre-écrin. Il est sublime ! J’avoue qu’une fois n’est pas coutume, c’est la couverture qui m’a de prime abord donné l’envie de découvrir ce livre et non son résumé qui est absent dans cette édition (achat compulsif quand tu nous tiens…).

Mais quelle belle surprise ! J’ai eu un grand coup de cœur pour cette lecture fabuleuse lue gouluement d’une traite !

Souvenirs de Marnie fait partie de ces romans de l’enfance qui nous marquent à jamais une fois terminé. On en ressort comblé, comme revigoré. Cette lecture onirique m’a transportée et émue. Il y a, en outre, une atmosphère étrange et singulière qui se dégage de cette prose toute en retenue et d’une fluidité rare. Le cadre bucolique est aussi admirablement bien rendu. On imagine aisément Anna sillonner les petites routes de campagne anglaises et monter discrètement la nuit, à l’abri des regards dans sa petite barque pour accoster la vieille demeure du marais et y rejoindre secrètement son amie Marnie. Il est également étrange de ne pas connaître véritablement le cadre temporel de l’histoire… Il faudra attendre les dernières pages pour le découvrir. Bien entendu ce choix n’est pas anodin ! Il fait partie des mystères qui englobent la trame du roman.

R (2)

Ce roman merveilleux nous rappelle de surcroît qu’il faut chaque jour croquer la vie à pleines dents, en s’ouvrant au monde qui nous entoure. Le temps est précieux et l’existence demeure éphémère comme ses instants de bonheur. Anna a peur d’être rejetée, si bien qu’elle préfère s’ostraciser elle-même des autres, et comme elle le dit avec ses propres mots, elle est toujours “en dehors” tandis que les autres sont “en dedans”. Elle demeure de ce fait observatrice de son univers mais ne souhaite en aucun cas y prendre part. Quelle petite fille attachante et déroutante ! Elle semble porter une carapace invisible qui la détache de son corps et la rend insaisissable aux yeux de son entourage. J’ai trouvé sa relation avec sa mère adoptive, Mme Preston, teintée d’une certaine tendresse contenue, extrêmement touchante. Ces deux êtres étrangers vont devoir s’apprivoiser progressivement avant de pouvoir véritablement s’aimer.

Quant au personnage de Marnie, auréolé de mystère, quelle trouvaille de l’auteur ! Ce lien d’amitié indélébile entre cette petite fille énigmatique et Anna, cette pauvre orpheline, est bouleversant ! D’où vient ce fantôme de la nuit et pourquoi vit-elle, elle aussi isolée? Je ne pourrais malheureusement vous en dire plus au risque de vous dévoiler des secrets … J’avais, dès les premières pages, une idée sur l’identité de Marnie mais à mon grand bonheur, je n’avais pas tout compris ! J’ai terminé ce roman les yeux brillants et le sourire aux lèvres …

La dimension fantastique de ce roman immersif est d’ailleurs étonnamment bien maîtrisée. Anna rêve-t-elle, est-elle témoin d’un sortilège? Marnie est-elle un pur produit de son imagination ou bel et bien réelle? 

Enfin, la description de la demeure de vacances du marais malgré tout un tantinet inquiétante, semble tout droit sortie d’un roman victorien aux accents gothiques, ce qui m’a d’emblée bien évidemment séduite ! L’auteure s’est sans doute inspirée de ses propres lectures de jeunesse pour y planter son décor mystérieux et envoûtant…

La romancière Joan G Robinson dont le roman enchanteur Souvenirs de Marnie fut publié en 1967 est ainsi donc une conteuse née. Son intrigue ne faiblit pas un seul instant. La fin est très originale. J’ai fureté un peu sur la toile pour en savoir davantage sur cette auteure quasi-méconnue en France. Elle aurait vécu tout comme les protagonistes de son histoire, une enfance solitaire et un peu malheureuse. Souvenirs de Marnie serait son œuvre la plus intime et son plus grand succès littéraire. Son œuvre n’a encore, à l’exception de ce titre, jamais été publiée en France, quel dommage ! Je tenterai de me procurer un autre titre en version originale (ils sont tous encore disponibles sur des sites de librairies anglophones mais en seconde main). J’ai repéré ces deux titres : 

ROIP (2)

En bref : Souvenirs de Marnie est une œuvre poétique et contemplative merveilleuse sur la complexité de la jeunesse. Ce classique intemporel, une véritable pépite littéraire sur le pouvoir infini de l’amour et l’acceptation du deuil chez les enfants, relève bien plus du conte que du roman et s’est  révélé surprenant. Il est devenu incontestablement l’un de mes livres favoris. J’ai adoré cette lecture qui m’a transportée ! A lire et à relire sans modération !

OIP (4)Un dernier mot sur l’adaptation libre des studios Ghibli de 2014. Si l’histoire plante son décor au Japon, la trame diffère peu. J’ai beaucoup aimé cette transposition insolite. Le décor est somptueux. Je regrette cependant qu’il n’existe encore aujourd’hui, à ma connaissance, aucune adaptation anglaise du roman original … Cela donnerait sûrement pourtant un très beau téléfilm. La BBC aurait pu s’y atteler… Qui sait? Peut-être verrons-nous fleurir une version télévisée dans les prochaines années? Les classiques oubliés semblent avoir le vent en poupe actuellement … 

Cette lecture s’inscrit dans le cadre du challenge Cottagecore dans les catégories respectives Rêveries au bord de l’eau, propriétés et jardins dissimulés ainsi que retour aux sources !

Challenge Cotagecore 2021 2 (1)
Elle participe aussi au challenge A year in England !

Logo-A-year-in-England-04-300x300

Cet article a été publié dans Challenge A year in England, Challenge Cottagecore, Challenge Le mois anglais, Classique britannique, La littérature fait son cinéma, Lire du fantastique, Littérature anglaise, Ovni littéraire, roman gothique, Roman jeunesse. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

13 commentaires pour Souvenirs de Marnie

  1. Cela donne très envie, merci !

  2. Chicky Poo dit :

    Il semblerait que ce roman remporte tous les suffrages ! J’en ai tellement sous le coude que je le regarde de loin, mais peut-être qu’un jour j’y viendrai 🙂
    J’aime beaucoup les éditions Monsieur Toussaint Louverture, les livres sont canons à chaque fois ! J’ai les deux premiers « Anne de Green Gables » dans la même collection et ils sont carrément en « présentation » dans mes étagères 😉

  3. Milly dit :

    J’ai vu le dessin animé, mais j’aimerais tout autant lire ce livre. 🙂

  4. Oh oui, visiblement charmant et de plus, efficace ! 🙂 Un peu dans le même style mais le fantastique en moins, j’avais beaucoup aimé « Anne of Green Gables » et apprécié « Le jardin secret », par exemple, mais actuellement ce n’est pas ce que je recherche – du coup, ton challenge me fait toujours très TRES envie mais je n’ai plus trop de titres pouvant s’y inscrire, flûte… 😦 Cela dit, la couverture est en effet très belle !! Alors faut jamais dire jamais… ^_^

    • missycornish dit :

      Oui il ne faut jamais dire jamais. 😊 En tout cas c’est une très belle pioche. Pas grave pour le challenge. Tu as jusqu’à septembre pour pouvoir y participer. 👍😊

  5. rachel dit :

    Oh punaise tout un livre…tout un magnifique livre…tu donnes envie de le lire…et de le voir aussi

    • missycornish dit :

      J’espère qu’il te plaira autant qu’à moi. J’ai vraiment adoré cette lecture. ❤️

    • missycornish dit :

      C’est un très beau livre Rachel. Je comprends qu’il ait eu autant de succès. 👍 J’espère qu’il te plaira si tu as l’occasion de le lire. J’essaie toujours de finir La perte en héritage pour les étapes Indiennes mais je ne suis pas vraiment emballée par cette lecture. 🙄😥

  6. Steven dit :

    Une magnifique chronique pour un magnifique roman qui aura su me toucher par sa dimension fort poétique et débordante de mélancolie !

Répondre à rachel Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s